Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Kosovo - Présidentielle

Behgjet Pacolli, nouveau président du Kosovo

Behgjet Pacolli, nouveau président du Kosovo

28/02/2011 - Résultats

Le 22 février, Behgjet Pacolli (Alliance pour un nouveau Kosovo, AKR) a été élu président de la République du Kosovo par le Parlement kosovar.
Le candidat a recueilli 54 suffrages lors du 1er tour de scrutin et 58 voix lors du 2e, soit au-dessous des 80 suffrages obligatoires (les 2/3 des membres du Parlement) pour être élu lors des deux premiers tours. Il a donc été désigné lors du 3e tour avec 62 voix. 67 députés seulement étaient présents lors du vote, les membres de l'opposition ayant choisi de boycotter l'élection présidentielle.
La Ligue démocratique (LDK), dirigée par le maire de Pristina Isa Mustafa, a dénoncé l'organisation des élections législatives du 12 décembre dernier qu'elle considère "injustes, manipulées et non démocratiques".
L'Alliance pour l'avenir du Kosovo (AAK) de Ramush Haradinaj a affirmé que les choses étaient viciées depuis le départ et émis des doutes sur le fait que Behgjet Pacolli travaille à l'avenir pour le bien du Kosovo. Enfin, le Mouvement pour l'autodétermination (Vetvendosje) d'Albin Kurti estime que Behgjet Pacolli n'est pas qualifié pour servir comme président que ce soit au niveau politique ou au niveau personnel.

"Je vais œuvrer pour un Etat de droit, pour un Etat où personne n'est au-dessus de la loi. Je soutiendrai fortement la lutte contre la corruption et le crime organisé" a déclaré le nouveau président Behgjet Pacolli. Le chef de l'Etat a déclaré avoir pour modèle le maréchal Tito, qui a gouverné la Yougoslavie de 1953 à 1980, et l'ancien président croate (2000-2010) Stjepan Mesic. Il se dit favorable au dialogue et à la coopération avec la Serbie et souhaite voir le Kosovo collaborer de façon plus étroite avec la Russie et les pays du monde arabe

Agé de 59 ans, Behgjet Pacolli, qui possède la double nationalité kosovare et helvétique, est un entrepreneur. L'homme a quitté son pays dans les années 1970 pour faire ses études en Allemagne. Il travaille ensuite en Autriche avant de rejoindre la Suisse en 1976 où il fonde en 1990 à Lugano, l'entreprise Mabetex qu'il dirige encore. En 1976, celle-ci comptait 7 employés, elle en possède environ 10 000 dorénavant répartis dans plusieurs pays européens. Behgjet Pacolli est considéré comme l'homme le plus riche du Kosovo. Sa fortune est estimée à 2,2 milliards €. Il a fait fortune grâce aux contrats que son entreprise a signés avec la Russie ou le Kazakhstan. En 1993, Mabetex a ainsi effectué les travaux de rénovation du Parlement russe et construit, en 1998, le palais présidentiel kazakh à Astana. L'entreprise a également bâti de nombreuses résidences et autres complexes industriels en Russie.
Behgjet Pacolli a été suspecté d'avoir soudoyé des représentants russes en 1999 pour obtenir le contrat de rénovation du Kremlin, d'avoir fait entrer illégalement plusieurs centaines de milliers de dollars en Russie et enfin d'avoir aidé l'ancien président russe (1991-1999) Boris Eltsine à placer des fonds d'origine douteuse dans les banques suisses. L'homme d'affaires a fait l'objet d'une enquête de police en Suisse et les locaux de Mabetex ont été perquisitionnés. L'enquête n'a cependant rien donné et, faute de preuves, a été abandonnée en 2002.
Les liens de Behgjet Pacolli avec la Russie, pays proche de la Serbie et opposé à l'indépendance du Kosovo, sont peu appréciés de ses compatriotes kosovars.

"Nous ouvrons un nouveau chapitre, le chapitre d'un Kosovo européen, celui des réformes et du développement" a déclaré Hashim Thaci (Parti démocratique, PDK) qui a été reconduit par le Parlement à son poste de Premier ministre. "Je vais me battre pour la libéralisation du régime des visas et pour que le Kosovo rejoigne l'OTAN dans les 4 années à venir" a-t-il ajouté.
Le gouvernement d'Hashim Thaci rassemble, outre le Parti démocratique, l'Alliance pour un nouveau Kosovo, parti du président Behgjet Pacolli, et le Parti libéral indépendant (SLS), principal parti de la communauté serbe du pays. Cette coalition est la première dans laquelle un Serbe se voit confier le poste de vice-président. Ukë Rugova, fils de l'ancien Président de la République (2002-2005) Ibrahim Rugova, qui a récemment fait sécession de la Ligue démocratique et s'est présenté sous l'étiquette de l'Alliance pour l'avenir du Kosovo aux élections législatives du 12 décembre dernier, a également intégré la coalition gouvernementale. Les hommes politiques faisant l'objet d'une enquête pour corruption n'ont pas été intégrés au sein du gouvernement. Ce dernier, fort du soutien de tout juste la moitié des membres du Parlement, reste très fragile.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes