Résultats

Frank-Walter Steinmeier, élu à la présidence de la République fédérale d'Allemagne

Élections en Europe

Corinne Deloy

-

13 février 2017
null

Versions disponibles :

FR

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Frank-Walter Steinmeier, élu à la présidence de la République fédérale d'Allemag...

PDF | 619 koEn français

Comme attendu, Frank-Walter Steinmeier (SPD) a été élu président de la République fédérale d'Allemagne le 12 février dès le 1er tour de scrutin. Soutenu par le SPD, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel et l'Union chrétienne-sociale (CSU), il a recueilli 931 voix sur 1 260 membres de l'Assemblée fédérale (Bundesversammlung), qui regroupe les 630 membres du Bundestag, chambre basse du parlement, et un nombre égal d'élus des seize Länder du pays et de personnalités de la société civile. Il succèdera à Joachim Gauck, qui avait choisi de ne pas se représenter, le 18 mars. " Je veux être, en tant que président de la République, un contrepoids aux simplificateurs sans limites,  tout le contraire d'un président qui simplifie tout. C'est le meilleur antidote au populisme" a déclaré le nouveau chef de l'Etat auquel certains reprochent ses positions jugées parfois trop favorables à la Russie de Vladimir Poutine. Frank-Walter Steinmeier, ancien ministre des Affaires étrangères, avait ainsi critiqué la politique de l'OTAN à l'égard de Moscou qualifiée par lui de " belliciste ". Homme toujours modéré, il était également sorti de sa réserve à l'été 2016 en qualifiant Donald Trump, à l'époque candidat républicain à la présidence des Etats-Unis, de " prêcheur de haine ". Le poste de Président allemand est essentiellement honorifique même si le chef de l'Etat peut refuser de signer un texte qu'il juge contraire à la Loi fondamentale (la Cour constitutionnelle est alors saisie et si elle donne son feu vert, il est alors contraint de le signer). Cela s'est produit lors de la signature du traité de Maastricht ou de celui de Lisbonne. Il possède également le pouvoir de dissoudre le Bundestag dans deux cas précis : lorsque celui-ci ne réussit pas à élire un chancelier (c'est-à-dire si aucun candidat ne parvient à réunir la majorité des voix des députés au bout de trois jours selon l'article 63 de la Loi fondamentale) ou lorsqu'une motion de confiance proposée par le chancelier en exercice n'obtient pas l'approbation de la majorité des membres de la chambre basse du parlement (article 68). Agé de 61 ans, Frank-Walter Steinmeier est originaire de Detmold (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Diplômé en droit, il adhère très jeune au SPD. Au tout début des années 1990, il travaille avec Gerhard Schröder (SPD), alors ministre-président du Land de Basse-Saxe. Devenu secrétaire d'Etat et directeur de la chancellerie de Basse-Saxe, il suit Gerhard Schröder lorsque celui-ci devient chancelier à l'issue des élections du 27 septembre 1998. L'année suivante, Frank-Walter Steinmeier est nommé chef de cabinet à la chancellerie. Il sera l'un des artisans des réformes les plus marquantes de Gerhard Schröder connues sous le nom d'Agenda 2010 (réforme des retraites, du système de santé et du marché du travail). Il se spécialise en politique étrangère, ce qui amènera la chancelière Angela Merkel qui succède à Gerhard Schröder en 2005 à le nommer ministre des Affaires étrangères. En 2009, Frank-Walter Steinmeier mène la liste du SPD aux élections législatives du 27 septembre. Il essuie alors une sévère défaite, le SPD recueillant son plus faible résultat depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale avec 23% des suffrages. Il est néanmoins désigné président de son parti au Bundestag, poste qu'il abandonnera quelques mois pour donner l'un de ses reins à sa femme gravement malade et en attente d'organe pour une greffe, un geste qui l'a rendu très populaire auprès de ses compatriotes. A la fin de l'année 2013, Frank-Walter Steinmeier retrouve son poste de ministre des Affaires étrangères qu'il a occupé jusqu'en janvier de cette année.

Frank-Walter Steinmeier, élu à la présidence de la République fédérale d'Allemag...

PDF | 619 koEn français

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
eu-flag-wind2.jpg

Pascale Joannin

17 juin 2024

Les dixièmes élections européennes, qui se sont tenues du 6 au 9 juin dans les 27 Etats membres de l’Union européenne, montrent une certaine stabilité dans le ...

Élections en Europe

 
2013-05-28-15-23-15.8733.jpg

Corinne Deloy

9 juin 2024

Contrairement à ce qu’avaient annoncé les enquêtes d’opinion, la Nouvelle alliance flamande (NVA) est sortie victorieuse des élections législatives du 9 j...

Élections en Europe

 
2013-05-28-15-36-02.4614.jpg

Corinne Deloy

9 juin 2024

Les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB) de l’ancien Premier ministre (2009-2013, 2014-2017, 2017-2021) Boïko Borissov, sont arrivés en tê...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-26-56.7014.jpg

Corinne Deloy

26 mai 2024

Le président de la République sortant Gitanas Nauseda a largement remporté le 2e tour de l’élection présidentielle le 26 mai en Lituanie. Il a rassemblé...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :