Election présidentielle au Montenegro 22 decembre 2002 le point à une semaine du scrutin

Actualité

Corinne Deloy,  

Fondation Robert Schuman

-

22 décembre 2002
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Robert Schuman Fondation

Fondation Robert Schuman

Onze personnalités politiques sont officiellement candidates à l'élection présidentielle monténégrine qui se déroulera le 22 décembre prochain. Filip Vujanovic, vice-président du Parti démocratique des socialistes (DPS), Premier ministre sortant et nouveau président du Parlement depuis le 5 novembre dernier, fait figure de grand favori surtout depuis que la principale formation d'opposition, le Parti socialiste populaire (SNP), a décidé le 30 novembre dernier de boycotter le scrutin. Son leader Predrag Bulatovic, pressenti pour affronter le candidat désigné du Parti démocratique des socialistes, a donc finalement renoncé à briguer la magistrature suprême.

Le Parti socialiste populaire, le Parti populaire (NS) et le Parti populaire serbe (SNS) sont les trois principales formations d'opposition au Monténégro. Rassemblées dans une coalition appelée « Ensemble pour les changements » lors des élections législatives anticipées du 20 octobre dernier, elles disposent ensemble au Parlement de trente sièges (contre trente-neuf à la coalition « Liste démocratique pour un Monténégro européen » constituée du Parti démocratique des socialistes (DPS), du Parti social démocrate (SDP), de l'Entente populaire et du parti civique). L'opposition monténégrine est favorable au maintien de liens étroits entre le Monténégro et la Serbie.

Par ailleurs, il y a quelques jours, Miodrag Zivkovic, leader de l'Alliance libérale (LSCG), a annoncé que sa formation renonçait également à participer à la prochaine élection présidentielle. Le leader libéral, dont le parti a essuyé un large échec lors des dernières élections législatives du 20 octobre, ne recueillant que quatre des soixante-treize sièges du Parlement et perdant son rôle de force d'appoint indispensable pour la formation du gouvernement, a également déclaré que les parlementaires de l'Alliance libérale ne participeraient plus aux travaux législatifs.

Filip Vujanovic affrontera donc le 22 décembre six candidats indépendants, peu connus de l'opinion publique et quatre personnalités politiques présentées par de petites formations tels que le parti des communistes yougoslaves, le Parti des lois naturelles et le Parti radical (SRS) du leader serbe ultranationaliste, candidat le 8 décembre dernier à l'élection présidentielle de Serbie, Vojislav Seselj.

Le Parti démocratique des socialistes a donc préféré Filip Vujanovic à Svetozar Marovic, autre vice-président du DPS, pour conquérir la magistrature suprême. La candidature de Miodrag Lekic, soutenu par les partenaires du Parti démocratique des socialistes, n'a pas été retenue tout comme l'hypothèse, envisagée un temps par certains analystes politiques, que le DPS présenterait un candidat hors parti.

Le Parti socialiste populaire a manifestement pris une voie risquée en faisant le pari du boycott. D'une part, le SNP a mis en péril la coalition qu'il forme au Parlement avec ses deux partenaires politiques ; Bozidar Bojovic (SNS) et Dragan Soc (NS) ayant admis publiquement ne pas comprendre le choix de Predrag Bulatovic et appelant tout de même les électeurs à se rendre aux urnes le 22 décembre prochain et à choisir leur Président. D'autre part, du résultat qu'obtiendra Filip Vujanovic dépend maintenant l'avenir de l'opposition monténégrine. Car si deux mois après la large victoire de son parti aux élections législatives, le Président du Parlement sort largement vainqueur de l'élection présidentielle, l'avenir de l'opposition monténégrine, tout au moins sous sa forme actuelle, sera largement compromis.

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

19 février 2024

Le 9 novembre dernier, le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous l'Assemblée de la République, chambre unique du Parlement, et annoncé la tenue d’&ea...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

12 février 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK) a remporté l’élection présidentielle en Finlande. Il s’est imposé le 11 février au 2e tour de scru...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

29 janvier 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK), est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle organisé le 28 janvier en Finlande. L&rs...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

15 janvier 2024

Le 28 janvier, pour le premier tour de l’élection présidentielle en Finlande, 9 personnes sont en lice. Si aucun candidat ne recueille plus de la moitié des suffrages, un se...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :