Résultats

Large victoire du parti présidentiel de Mikhail Saakachvili aux élections législatives

Actualité

Corinne Deloy,  

Fondation Robert Schuman

-

28 mars 2004
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Robert Schuman Fondation

Fondation Robert Schuman

Comme attendu, le Mouvement national (MN), formation du Président Mikhail Saakachvili, est arrivé largement en tête des élections législatives qui se sont déroulées le 28 mars dernier en Géorgie. Le parti présidentiel a recueilli 76% des suffrages et devrait obtenir cent quatre vingt-cinq des deux cent trente-cinq sièges du Sakartvelos Parlamenti, Parlement national géorgien. Parmi les députés issus du vote des dernières élections législatives du 2 novembre 2003 et dont l'élection n'a pas été annulée par la Cour constitutionnelle, un quart appartient au Mouvement national.

Seule les formations dirigées par Guiorgui Topadze et David Gamkrelidze atteindraient les 7% de voix nécessaires pour obtenir des députés au Parlement. Ce parti arriverait en deuxième position, recueillant 7,5% des suffrages. Les leaders de la formation d'opposition ont accusé le Président Mikhail Saakachvili d'irrégularités lors de ce scrutin qui, selon eux, auraient privé leur parti d'environ trente cinq mille voix.

Renaissance, la formation du Président adjar Aslan Abachidze, obtiendrait 47,6% des suffrages en Adjarie mais seulement 0,6% des suffrages sur l'ensemble de la Géorgie. Dans la République autonome, Renaissance devancerait le parti présidentiel, Mouvement national, de 3,3 points. La formation du Président Abachidze est arrivé en tête dans cinq des six circonscriptions du territoire adjar, recueillant son meilleur résultat à Khoulo (80,4% des suffrages) et son moins bon à Kobouleti (51%). Par ailleurs, elle est devancée à Batoumi, capitale de la République et ville dirigée par le fils d'Aslan Abachidze, Gueorgui. Six membres de Renaissance, élus au scrutin d'arrondissement dans les circonscriptions uninominales le 2 novembre dernier, ont conservé leur siège de député.

Les régions séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie avaient appelé au boycott des urnes.

Avec 5,43% des suffrages, le Parti travailliste, dirigé par Chalva Natelachvili et qui jouissait d'un fort soutien populaire avant les événements de novembre dernier (la formation avait recueilli 12,5% des suffrages lors des dernières élections législatives du 2 novembre, contre 19,5% au Mouvement national de Mikhail Saakachvili), ne réussit pas son pari de passer la barre des 7%. Les sociaux-démocrates semblent avoir perdu de leur audience en se désolidarisant de la « révolution de la rose » de novembre dernier et en s'élevant contre la démission « forcée » de l'ancien Président Edouard Chevardnadze. Enfin, le Parti des traditionalistes, dirigé par Akaky Assatiani, recueillerait 2,43% des suffrages.

« Un progrès substantiel a été accompli dans le processus de démocratisation et cela rapproche la Géorgie des normes démocratiques » a déclaré Bruce George, président de l'Assemblée parlementaire de l'Organisation de sécurité et de coopération en Europe-OSCE, à l'issue du scrutin. De son côté, Matyas Ceorsi, chef des quarante observateurs du Conseil de l'Europe présents en Géorgie, a relevé que le vote en Adjarie, loin d'être acceptable, avait néanmoins été pacifique. « Ce n'est pas assez mais c'est certainement une amélioration par rapport à n'importe quelle élection précédente que nous avons vue en Adjarie » a t-il déclaré. Le ministre d'Etat, Zourab Zhvania, présent dans la République autonome pour ce scrutin, a tenu à minimiser les incidents qui ont eu lieu dimanche.

Le Conseil de l'Europe a récemment mis en garde le Président géorgien contre la domination de la vie politique nationale par une seule formation. « Un Parlement dominé par un parti unique marquerait un recul sérieux pour le développement de la démocratie en Géorgie » avertissait un rapport publié par l'organisation européenne en février dernier. Tout puissant dans son pays, le Président se voit reprocher de trop souvent ignorer la loi ou de la modifier à sa convenance. Ainsi, en février dernier, Mikhail Saakachvili a fait voter par le Parlement des amendements à la Constitution permettant au chef de l'Etat de nommer et de démettre des ministres sans avoir besoin de l'assentiment des députés. De même, le Président a fait adopter un nouveau drapeau national, drapeau qui se trouve être celui de sa propre formation politique. L'organisation américaine Human Rights Watch a également tenu à rappeler que « des tendances antidémocratiques préoccupantes se faisaient jour en Géorgie ».

Le Président a réussi son premier pari en organisant selon ses propres mots « des élections équitables, normales, libres et justes ». Disposant d'une large majorité au Parlement, Mikhail Saakachvili a désormais les mains libres pour accomplir la mission qui est la sienne, à savoir rétablir l'unité territoriale d'une Géorgie menacée par les visées séparatistes de quatre régions (Abkhazie, Adjarie, Ossétie du Sud et Samtskhé-Javakhétie), éradiquer la corruption qui, tel un cancer, ronge la République caucasienne et enfin relever le niveau économique d'un pays au bord de la faillite.

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-13-31.3211.jpg

Corinne Deloy

17 avril 2024

Le 15 mars dernier, le président de la République de Croatie Zoran Milanovic a annoncé la tenue d’élections législatives pour le 17 avril. Ce scrutin est le pr...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-31-14.6973.jpg

Corinne Deloy

8 avril 2024

Peter Pellegrini (Hlas-Social-démocratie) a remporté le 2e tour de l’élection présidentielle le 6 avril en Slovaquie. Actuel président du Conseil national de l...

Élections en Europe

 
1-oee-slovaquie.jpg

Corinne Deloy

23 mars 2024

A la surprise générale, Ivan Korcok, ancien ministre des Affaires étrangères et européennes (2020-2022), est arrivé en tête du 1er tour de l’&eacu...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

11 mars 2024

L’Alliance démocratique, qui regroupe le Parti social-démocrate (PSD) dirigé par Luis Montenegro, le Centre démocrate social/Parti populaire (CDS/PP), chrétien...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :