Résultats

Dalia Grybauskaite devient la première femme Présidente de la République en Lituanie

Actualité

Corinne Deloy,  

Fondation Robert Schuman

-

18 mai 2009
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Robert Schuman Fondation

Fondation Robert Schuman

La candidate indépendante Dalia Grybauskaite est devenue le 17 mai dès le 1er tour la première femme élue à la Présidence de la République en Lituanie en recueillant 69,04% des voix. Elle a enregistré son résultat le plus élevé à Kaunas, (83,71%).

Le social-démocrate Algirdas Butkevicius (Parti social-démocrate, LSP) arrive en 2e position et obtient 11,85% des voix. Il est suivi de Valentinas Mazuronis (Pour l'ordre et la justice, TT) qui recueille 6,17% des suffrages, de Waldemar Tomaszewki (Action électorale polonaise, LLRA), 4,75% (mais 52,99% dans, la région de Vilnius et 71,75% dans la ville de Salcininkai), de Kazimira Prunskiene (Union paysanne populaire, LVLS), 3,91%, de Loreta Grauziniene (Parti du travail, DP), 3,62% et enfin du candidat indépendant, le général d'armée Ceslovas Jezerskas qui recueille 0,67% des suffrages.

La participation s'est élevée à 51,71%, soit largement au-dessus de celle enregistrée lors du 1er tour du scrutin du 13 juin 2004 (+ 12,31 points).

"J'espère que ce soir je pourrai féliciter la nouvelle Présidente de la République" avait déclaré le Premier ministre Andrius Kubilius (Union de la patrie-Conservateurs, TS-LK). En effet, si la victoire de Dalia Grybauskaite semblait assurée depuis le jour où elle a déposé sa candidature, beaucoup d'analystes craignaient que la participation soit insuffisante pour que le 1er tour de scrutin soit déclaré valide. En effet, pour être élu dès le 1er tour, un candidat doit recueillir plus de la moitié des suffrages exprimés avec un taux de participation supérieur à 50%. Si celui-ci est inférieur, il doit obtenir la majorité des voix et plus d'un tiers du total des inscrits.

"Je suis très contente que les gens soient venus et aient voté pour moi parce que je sais ce qu'il faut faire pour aider la Lituanie dans cette situation difficile" a déclaré Dalia Grybauskaite à l'annonce des résultats. "Le goût de la victoire s'accompagne du fardeau de la responsabilité. J'espère qu'ensemble nous serons capables de traverser cette période difficile et d'en sortir plus forts et plus riches. Je félicite le peuple lituanien pour le choix qu'il a fait" a-t-elle ajouté.

Les Lituaniens attendent de leur futur Président un retour rapide à la prospérité économique du pays, très affecté par la crise économique internationale.

Réputée pour sa franchise, "Je suis très franche et directe, parfois même peut-être trop, je dis ce que je pense et cela ne plaît pas à tout le monde. J'ai pour objectif la transparence et j'exigerai cette qualité de tous" a déclaré Dalia Grybauskaite qui a fait de la lutte contre les oligarques et les monopoles le thème principal de sa campagne électorale et s'est fixé comme objectif de "tenter de stabiliser la situation financière de la Lituanie pour que le pays remonte la pente le plus vite possible". "En vingt ans, la Lituanie a connu d'importantes transformations, mais en parallèle, nous voyons beaucoup de séquelles de l'ancien système, et aussi de nouveaux vices : les gens évitent de payer les impôts, il y a des phénomènes de corruption politique, une grande monopolisation de l'économie, des tendances oligarchiques" souligne t-elle. En politique étrangère, elle affirme que "la Lituanie doit plus investir en Europe, trouver des amis en Europe et utiliser les avantages que lui donne l'adhésion à l'Union européenne".

"Ma première tâche sera d'évaluer le travail du gouvernement et dans les quinze jours de proposer la candidature d'un nouveau Premier ministre" a déclaré la future Présidente dès l'annonce des résultats. Le Premier ministre Andrius Kubilius devrait être reconduit dans ses fonctions mais la coalition gouvernementale qu'il dirige devrait être remaniée. "Le gouvernement fait tout ce qu'il peut pour éviter l'effondrement économique du pays, je ne vois pas par qui remplacer l'actuel Chef du gouvernement. Mais que le travail de certains ministres ne me convient pas, je l'ai dit tout au long de la campagne et je ne change pas d'avis" a indiqué Dalia Grybauskaite qui a précisé "Nous devons déterminer quels sont les ministres qui vont rester en place". "La Lituanie ne dispose pas d'un très grand choix en ce qui concerne son élite politique" a-t-elle conclu. Elle a également affirmé qu'elle reviendrait sur la décision d'Andrius Kubilius d'augmenter les impôts pour combler le déficit budgétaire.

"Dalia Grybauskaite a un problème : elle n'a jamais été élue à une fonction ; jusqu'à présent, elle a toujours été nommée" a déclaré le politologue Algis Krupavicius. "Il lui manque des connaissances et de l'expérience pour savoir comment agir en tant qu'élue. C'est une professionnelle de l'économie et des finances, mais par exemple dans le domaine de la politique étrangère, ses connaissances sont limitées" estime-t-il.

Agée de 53 ans, Dalia Grybauskaite a obtenu son diplôme d'économie à l'université Zdanov de Léningrad et est titulaire d'une thèse en économie de l'académie des sciences de Moscou (1988). En 1983, elle est secrétaire de l'Académie des sciences de la République socialiste de Lituanie et enseigne l'économie au Collège communiste de Vilnius jusqu'en 1990. L'année suivante, elle est secrétaire aux sciences à l'Institut d'économie et chef de département au ministère des Relations économiques internationales et des Affaires étrangères. Après l'indépendance retrouvée en 1991, elle sera en charge des délégations de négociations avec Bruxelles avant de devenir ambassadeur auprès de l'Union européenne, ministre plénipotentiaire aux Etats-Unis et de rentrer en Lituanie en 1999 pour devenir adjointe du ministre des Finances pour les affaires internationales où elle dirigera les négociations pour l'adhésion de son pays à l'Union européenne.

En 2001, elle est nommée ministre des Finances dans le gouvernement du social-démocrate Algirdas Brazauskas (LSP). En 2004, elle devient Commissaire européenne au Budget et à la Programmation financière. Elle met alors en oeuvre la réforme du budget de l'Union, une action dont elle sera récompensée en recevant le titre de commissaire européenne de l'année en 2005. Grande sportive, la future Chef de l'Etat est ceinture noire de judo et a été membre de l'équipe nationale lituanienne junior de basket.

Dalia Grybauskaite devient donc la première femme à accéder à la magistrature suprême en Lituanie et la deuxième dans un Etat balte après Vaira Vike-Freiberga, Présidente de Lettonie de 1999 à 2007. Elle prêtera serment le 12 juillet prochain.

Source : Commission électorale lituanienne

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

19 février 2024

Le 9 novembre dernier, le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous l'Assemblée de la République, chambre unique du Parlement, et annoncé la tenue d’&ea...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

12 février 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK) a remporté l’élection présidentielle en Finlande. Il s’est imposé le 11 février au 2e tour de scru...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

29 janvier 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK), est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle organisé le 28 janvier en Finlande. L&rs...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

15 janvier 2024

Le 28 janvier, pour le premier tour de l’élection présidentielle en Finlande, 9 personnes sont en lice. Si aucun candidat ne recueille plus de la moitié des suffrages, un se...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :