Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Slovénie - Législatives

Les forces de gauche remportent les élections législatives slovènes

Les forces de gauche remportent les élections législatives slovènes

22/09/2008 - Résultats

Les forces de gauche se sont imposées lors des 5e élections législatives organisées depuis l'indépendance en Slovénie le 21 septembre.
Le Parti social-démocrate (SD) dirigé par Borut Pahor recueille 30,50% des suffrages (29 sièges) et devance le Parti démocrate (SDS) du Premier ministre sortant, Janez Jansa, qui obtient 29,32% des voix (28 sièges). Ces deux partis sont suivis de Zares (Réel), parti fondé en mars 2007 par 7 députés anciens membres du Parti libéral-démocrate (LDS) et dirigé par Gregor Golobic, qui recueille 9,40% des suffrages (9 sièges), du Parti démocratique des retraités (DeSUS) de Karl Erjavec, ministre de la Défense sortant, qui obtient 7,45% des voix (7 sièges) et du Parti national (SNS) de Zmago Jelincic, 5,46% (5 sièges). 2 autres partis seront représentés au Drzavni Zbor, Chambre basse du Parlement : la coalition Parti populaire-Parti de la jeunesse (SLS-SMS) – 5,24% et 5 sièges- et le Parti libéral démocrate (LDS) dirigé par Katarina Kresal – 5,19% et 5 sièges.
2 des 90sièges du Drzavni Zbor sont attribués aux minorités italienne et hongroise.
La participation s'est élevée à 62,16%, soit une légère hausse par rapport aux précédentes élections législatives du 3 octobre 2004 (+ 1,52 point). La circonscription de Ljubljana Centre a été la plus participative (68,24%), celle de Ptuj, qui est par ailleurs la seule à avoir placé le Parti démocrate en tête, la plus abstentionniste (56,58%).

"Je m'attends à ce que le Parti social-démocrate remporte le meilleur résultat de son histoire" avait déclaré Borut Pahor en allant accomplir son devoir civique à Sempeter, près de la frontière avec l'Italie. Il a eu une bonne intuition puisque son parti a réalisé une véritable performance améliorant de 20,3 points (et 20 sièges) son résultat par rapport au scrutin du 3 octobre 2004 "Nous sommes parvenus à ce succès grâce à une politique modérée qui constitue une bonne perspective de gouvernement après ces élections. Nous dirigerons le gouvernement dans l'intérêt de tous les citoyens" a indiqué Borut Pahor à l'annonce des résultats.
Le Parti social-démocrate devrait s'allier pour former le prochain gouvernement avec ses deux partenaires que sont Zares et le Parti libéral démocrate. Il pourrait également être rejoint par le Parti démocratique des retraités qui s'allie généralement au vainqueur du scrutin.

Agé de 46 ans, Borut Pahor est diplômé en sciences sociales de l'université de Ljubljana. Il adhère au Parti communiste de Slovénie à la fin des années 80 et soutient l'aile réformiste du parti emmenée par l'ancien Président de la République (1990-2002) Milan Kucan. Il entre au Parlement en 1990 sous l'étiquette Ligue des communistes-Parti de la réforme démocratique. En 1997, Borut Pahor est élu à la tête du Parti social-démocrate. Il préside l'Assemblée nationale entre 2000 et 2004, année où il devient député européen.

Le Premier ministre sortant, Janez Jansa, a reconnu sa défaite. "Nous voulions obtenir une majorité au Parlement pour poursuivre le développement de la Slovénie mais nous n'avons plus le mandat pour le faire. Nous devons admettre notre défaite" a-t-il déclaré. Si celle-ci était prévisible au vu du revers essuyé par les forces gouvernementales lors des élections municipales des 22 octobre et 12 novembre 2006 et de la défaite du candidat Alojz Peterle à l'élection présidentielle des 21 octobre et 11 novembre 2007 (31,74% des suffrages, contre 68,26% pour Danilo Türk, soutenu par les sociaux-démocrates), Janez Jansa avait cependant amorcé une remontée dans les dernières enquêtes d'opinion. Il avait également tenté de se poser en victime des anciens communistes après avoir été accusé par le journaliste Magnus Berglund de la chaîne de télévision finlandaise YLE d'avoir reçu, ainsi que le ministère de la Défense, des pots-de-vin lors de l'achat en 2006 de 135 véhicules blindés par le ministère de la Défense pour un montant de 278 millions € au fabricant Patria, société détenue à 73% par l'Etat finlandais.
En dépit de son échec, le Premier ministre sortant peut se féliciter d'avoir maintenu le résultat de son parti par rapport au scrutin législatif du 3 octobre 2004 (+ 0,24 point).

En revanche, les alliés du Parti démocrate ont obtenu des résultats plus mitigés. Nouvelle Slovénie (NSI) dirigée par l'ancien Premier ministre (3 mai 2000-17 novembre 2000) et ministre des Finances sortant, Andrej Bajuk, ne parvient pas à atteindre le seuil des 4% des suffrages exprimés indispensables pour être représenté au parlement. Elle recueille 3,25% des voix et perd donc ses 9 députés. Le Parti populaire enregistre également un recul (- 2 sièges). Le Parti démocratique des retraités s'en sort mieux puisqu'il augmente son nombre de sièges (+ 3).


"Malgré ce changement politique, on ne devrait pas enregistrer de grands changements économiques" indique Janez Sustersic, professeur à l'université de Primorska, qui ajoute : "un gouvernement de gauche sera plus sensible aux questions sociales et sera moins enclin à mener une politique accroissant la compétitivité de l'économie slovène". Les 2 principaux partis politiques proposent en effet des programmes très proches centrés sur la poursuite des privatisations et la lutte contre l'inflation. Cette dernière a atteint en juin dernier son taux le plus élevé (7%) et menace la bonne santé de l'économie longtemps citée en modèle (6,1% de croissance du PIB en 2007, 4,5% prévus cette année).

Résultats des élections législatives du 21 septembre 2008 en Slovénie

Participation : 62,16%
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes