Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Macédoine - Présidentielle

Gjorgji Ivanov affrontera Ljubomir Frckovski
au 2e tour de l'élection présidentielle macédonienne

Gjorgji Ivanov affrontera Ljubomir Frckovski
au 2e tour de l'élection présidentielle macédonienne

23/03/2009 - Résultats - 1er tour

Le candidat du parti de l'actuel Premier ministre Nikola Gruevski - l'Organisation révolutionnaire-Parti démocratique pour l'unité nationale (VMRO-DPMNE) -, Gjorgji Ivanov, est arrivé en tête du 1er tour de l'élection présidentielle le 22 mars en Macédoine. Il recueille 35.04% des suffrages. Il devance Ljubomir Frckoski, ancien ministre de l'Intérieur et des Affaires étrangères, soutenu par le principal parti d'opposition, l'Union sociale-démocrate (SDSM), et le Nouveau parti social-démocrate (NSDP), qui obtient 20.4% des voix. Un 2e tour devrait donc opposer les deux hommes le 5 avril prochain.
Imer Selmani, leader de Nouvelle démocratie (DR), parti albanophone fondé en septembre 2008, arrive en 3e position avec 15% des voix devançant Ljube Boskovski, ancien ministre de l'Intérieur qui se présentait en candidat indépendant, avec 14,88% des suffrages.

Les Macédoniens votaient également le 22 mars pour des élections locales. Selon des résultats partiels, le VMRO-DPMNE remporterait 23 des 85 municipalités concernées par le scrutin pour 4 seulement au SDSM. Du côté des albanophones, l'Union démocratique pour l'intégration (DUI-BDI) dirigée par Alija Ahmeti, serait en tête dans de nombreuses municipalités.

"Gjorgji Ivanov est arrivé en tête et possède une large avance pour le 2e tour" s'est félicité le Premier ministre Nikola Gruevski à l'annonce des premiers résultats. Le Chef du gouvernement a souligné que les électeurs avaient, par leur vote, affirmé leur soutien à la politique menée depuis 2,5 ans qui a permis à la Macédoine de se réformer en profondeur. Cette élection présidentielle constituait un scrutin test pour le VMRO-DPMNE tant en matière de résultats et de mesure du soutien à son action politique que de bonne tenue du scrutin.

Le 1er tour de l'élection présidentielle s'est déroulé de façon globalement satisfaisante. Aucun incident ni irrégularité majeure n'a été enregistré. "Le 1er tour a eu lieu dans un climat de calme et nous félicitons les membres des commissions électorales et tout particulièrement les électeurs qui, malgré les intempéries, se sont rendus aux urnes. Nous devons attendre bien sûr le rapport final, mais d'après ce que j'ai pu voir dans les bureaux de vote que j'ai visités, le scrutin semble s'être déroulé dans une atmosphère raisonnablement calme" a déclaré Erwan Fouéré, représentant spécial de l'Union européenne en Macédoine. "Le scrutin présidentiel s'est déroulé dans une bonne atmosphère, sans incident et sans irrégularités majeures" a indiqué le président de la Commission électorale, Aleksandar Novkovski.

524 observateurs étrangers et 6981 observateurs locaux ont surveillé ce scrutin pour lequel les effectifs des forces de police avaient été renforcés. Le ministère de l'Intérieur avait averti qu'aucun incident ne serait toléré. Les autorités avaient à cœur d'éviter une répétition des événements qui s'étaient déroulés en marge des dernières élections législatives du 1er juin 2008. Celles-ci avaient été émaillées de violences qui avaient fait un mort et neuf blessés.

La communauté internationale avait fait du caractère transparent et démocratique du scrutin l'enjeu principal de cette élection. L'Union européenne avait rappelé que le caractère démocratique du scrutin constituait un élément clé pour une éventuelle ouverture des négociations d'adhésion de l'UE avec la Macédoine, candidat officiel depuis 2005.

Les seuls obstacles au vote ont finalement été météorologiques. En effet, de fortes chutes de neige ont empêché l'ouverture de 103 bureaux de vote, privant 12 596 personnes, soit 1% de l'électorat, d'élection présidentielle. 134 bureaux, situés dans l'Ouest, n'ont pu ouvrir à cause de la neige qui est tombée en abondance, les intempéries ayant empêché les autorités macédoniennes d'y acheminer les bulletins de vote.

La dispute sur le nom de la Macédoine devrait figurer au cœur de la campagne du 2e tour, les 2 candidats étant opposés sur la stratégie à adopter à ce sujet. Gjorgji Ivanov, qui se présente comme le candidat de l'unification et du rassemblement, promet de rapprocher le pays de l'Union européenne et de l'OTAN. Nikola Gruevski est sur une ligne dure, refusant tout changement de nom de la Macédoine qui ne pourrait que mettre en péril l'unité de la nation. Ljubomir Frckoski se montre favorable à un compromis avec la Grèce. L'adhésion à l'Union européenne et à l'OTAN doivent constituer, selon lui, la priorité de la politique étrangère du pays et la Macédoine ne doit pas être exclue de ces deux organisations à cause d'une position intransigeante sur le nom du pays.

Nul ne sait si le candidat de la communauté albanophone arrivé en tête Imer Selmani, qui avait centré sa campagne sur la nécessité pour les Macédoniens et les Albanais de s'entendre et de travailler ensemble au développement économique du pays, choisira d'appeler à voter au 2e tour pour l'un ou l'autre des 2 candidats en lice, ni même si les électeurs albanophones se rendront aux urnes le 5 avril prochain. Une seule chose est sûre : le vote des électeurs albanophones sera décisif.

Source : Site internet de l'agence de presse Macedonian Information Agency http://www.mia.com.mk
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes
2ème tourRésultats