Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Politique et démocratie
Croatie - Présidentielle

Zoran Milanovic, ancien Premier ministre, est élu président de la République en Croatie

Zoran Milanovic, ancien Premier ministre, est élu président de la République en Croatie

05/01/2020 - Résultats - 2ème tour

L'ancien Premier ministre (2011-2016) Zoran Milanovic (SDP) a remporté le deuxième tour de l'élection présidentielle qui s'est déroulée en Croatie le 5 janvier 2020, devançant la présidente sortante Kolinda Grabar-Kitarovic, qui se présentait en indépendante, avec le soutien du parti HDZ. Selon un décompte définitif, Zoran Milanovic a remporté 52,73% des voix et Kolinda Grabar-Kitarovic, 47,27%.

La participation s'est élevée à 55% en hausse par rapport au premier tour (51,2%).

A l'annonce du résultat, Zoran Milanovic a déclaré : "Quatre millions d'entre nous ... cherchent leur place en Europe qui est, malgré tous les problèmes, le plus bel endroit pour vivre, le projet le plus pacifique dans lequel la Croatie doit trouver sa place et son intérêt", en appelant les Croates à être "unis dans leurs différences". En effet, l'ancien Premier ministre avait fait campagne en faveur d'une Croatie "normale" dans laquelle le pays laisserait la guerre et ses divisions derrière lui.

La confrontation avec Kolinda Grabar-Kitarovic, a été serrée, une faible marge les séparant au premier tour, Zoran Milnaovic remportant 29,65% et Kolinda Grabar-Kitarovic 26,65%.

Les espoirs que la présidente sortante pouvait avoir de rallier à elle des voix de l'extrême droite, qui se sont portées massivement au premier tour sur Miroslav Skoro (24,45%), ont échoué. Pourtant, elle a au cours de sa campagne tenté de convaincre la frange extrême de la droite, entre autres en minimisant les crimes commis par le régime des Oustachis lors la Seconde Guerre mondiale ; et en exprimant son soutien à des personnages "douteux", tels que le maire de Zagreb, Milan Bandic (inculpé pour corruption) et Julienne Bušić, militante d'origine américaine, qui a détourné un vol de la TWA en 1976 pour promouvoir l'indépendance de la Croatie.

Il était donc à craindre que les tendances nationalistes, liées à la pression des migrants aux frontières du pays, à l'exode massif de la population, à la corruption endémique et au clientélisme, ne prennent le dessus dans cette élection. Les partis de droite étant divisés, il semble que le message répété par Zoran Milanovic selon lequel la Croatie "est une République pour tous, pour des citoyens égaux" ait été entendu.

La victoire de Zoran Milanovic intervient à un moment particulièrement crucial pour la Croatie puisque des élections législatives auront lieu à l'automne. Bien que la fonction présidentielle soit en grande partie honorifique, le président conserve une relative influence. Cette élection peut être considérée comme un test pour le parti au pouvoir, le HDZ, et son Premier ministre Andrej Plenković. La défaite de Kolinda Grabar-Kitarovic va compliquer la tâche de ce dernier. Comme le suggère Tihomir Cipek, analyste politique, la Présidente sortante a affaibli le parti HDZ et porté atteinte à la bonne réputation de Andrej Plenkovic. De plus, ce dernier est confronté au mécontentement des partisans de la ligne dure au sein du HDZ qui ne sont pas d'accord avec son approche plus modérée.

Cette période est également importante puisque la Croatie a pris les rênes de la présidence semestrielle du Conseil de l'Union européenne le 1er janvier, dont les priorités sont les relations avec le Royaume-Uni après le Brexit, l'adhésion à l'Union des pays des Balkans occidentaux, le changement climatique et le prochain budget pluriannuel européen.

Zoran Milanovic, 53 ans, possède une longue expérience politique. Ancien Premier ministre de 2011 à 2016, il a également été chef du parti social-démocrate (SDP) de 2007 à 2016. Il a supervisé l'entrée de la Croatie dans l'Union européenne en juillet 2013 et a contribué à la réforme du code fiscal. Depuis sa défaite en 2016, il a travaillé comme consultant, notamment pour le Premier ministre albanais Edi Rama. Dans cette élection, il s'est présenté comme le candidat qui a du "caractère", un clin d'œil à ses détracteurs qui le jugent un peu arrogant.

Il prendra ses fonctions le 18 février prochain.


Résultats de l'élection présidentielle en Croatie le 22 décembre 2019 et le 5 janvier 2020


Participation : 55%



Source : https://www.izbori.hr/pre2019/rezultati/2/
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN