Robert Schuman

Open panel Open panel

Conférence du ministre des affaires étrangères
Paris, le 02 mars 1951



La nécessité d'une solution européenne.


Notre objectif est de réintégrer l'Allemagne dans le circuit productif et économique des pays démocratiques. Les Français, dans leur grande majorité, sont persuadés qu'il ne faut pas recommencer l'erreur commise au lendemain de la Première Guerre mondiale, c'est-à-dire nous obstiner à chercher une garantie contre la revanche ou contre l'hégémonie allemande dans l'isolement de l'Allemagne, qu'on tiendrait enserrée dans un système de restrictions et de prohibitions. Ce système était celui du traité de Versailles ; il s'est révélé inefficace et illusoire ; il a aggravé le chômage et, par là, favorisé la naissance d'un nationalisme qui a été le plus exalté et le plus dangereux de toute notre histoire contemporaine.

D'autre part, l'accession de l'Allemagne à l'O.N.U. et à ses filiales n'est pas possible avant la conclusion d'un traité de paix ; elle se heurterait, en outre, si elle était demandée, au veto soviétique. Au surplus, une telle intégration de l'Allemagne dans l'organisme mondial ne donnerait pas, à elle seule, des résultats satisfaisants. Les résultats ne seraient pas plus durables que les espoirs que l'on avait placés dans l'admission de l'Allemagne weimarienne à la Société des Nations. L'O.N.U. est encore trop divisée en elle-même et trop inconsistante pour suffire à cette tâche de rééducation et de réadaptation. Il faut pour cela une discipline plus solide, une cohésion plus grande, un contrôle réciproque assuré par une coopération directe, permanente et par l'interpénétration des intérêts et des initiatives. Ce but ne pourra être atteint que dans un cadre plus restreint et dans un ensemble d'États homogènes. Devrait-on tenter une expérience bilatérale, accepter, en d'autres mots, le tête-à-tête franco-allemand que l'on nous a proposé ? Nous croyons que le temps n'en est pas encore venu. Ce serait psychologiquement prématuré, économiquement dangereux. Nos préférences vont ainsi à une solution européenne de la question allemande.

R. SCHUMAN, Comment le Français d'aujourd'hui peut-il concevoir l'Europe, Paris, 1951, p.4


Soutenez-nous
Aujourd'hui, l'Europe a besoin de nous !
Soutenir la fondation Robert Schuman, c'est lui permettre de rebondir, de trouver la force et les idées de s'adapter aux nouveaux défis.
Pour cela, nous avons besoin de votre soutien !
Librairie
Retrouvez tous nos ouvrages ainsi que toutes nos publications, format papier et/ou PDF imprimables dans notre boutique !
Commandez directement en ligne, aucune création de compte n’est nécessaire, c’est simple, rapide et sécurisé !
Inscrivez-vous à notre Lettre
Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnés et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et russe) elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais.
Je m'abonne gratuitement à La Lettre :
Quiz du 9 mai