Référendum sur la nouvelle loi sur l'accord Icesave en Islande Le point une semaine avant le scrutin

Actualité

Corinne Deloy,  

Fondation Robert Schuman

-

4 avril 2011
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Robert Schuman Fondation

Fondation Robert Schuman

Référendum sur la nouvelle loi sur l'accord Icesave en Islande Le point une sem...

PDF | 182 koEn français

Le 20 février dernier, le président islandais Olafur Ragnar Grimsson annonçait l'organisation d'un référendum sur la nouvelle loi sur l'accord Icesave. Cette décision a choqué une partie de la classe politique et des médias, et de nombreux Islandais. "Le temps des négociations Icesave est passé" titrait le quotidien Frettabladid au lendemain de cette annonce. "Le président est devenu un acteur politique, mais pas le symbole d'unité que le peuple pensait qu'il devait être" écrivait son rédacteur en chef, Olafur Stephenson.

Le référendum du 9 avril est le deuxième organisé sur l'accord Icesave. Le premier, qui s'est tenu le 6 mars 2010, avait vu une très large majorité d'Islandais (93%) rejeter la première loi sur l'accord Icesave qui avait été votée par le parlement fin décembre 2009.

Etablissement en ligne créé par la banque Landsbanki, Icesave, qui promettait d'importantes rémunérations en s'appuyant sur des taux d'intérêt élevés, avait attiré de nombreux Britanniques et Néerlandais (environ 320 000 personnes). A l'automne 2008, le système financier de l'Islande s'effondre et le pays se retrouve en situation de faillite économique ; la banque Landsbanki est donc nationalisée. Reykjavik est alors redevable d'une énorme dette (3,8 milliards €, soit environ 12 000 €/habitant, représentant 40% du PIB national) envers le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Un accord entre les trois pays est signé en 2009 mais rejeté par la population le 6 mars 2010 lors du référendum convoqué par le président de la République.

La 2ème loi sur l'accord Icesave, votée le 16 février dernier, comprend de nouvelles mesures :

– les actifs de la nouvelle Landsbanki, banque créée sur les ruines de l'ancien établissement, ont été réévalués (il est admis désormais que celle-ci peut couvrir sur ses actifs propres 75% de la dette totale). La somme restant à payer s'élève à 47 milliards de couronnes islandaises (293 millions €, soit 900 €/habitant). Le montant de la dette était, il y a un an, trois fois supérieur ;

– la période de remboursement a été étendue : elle ne débutera qu'à partir de 2016 et pourra s'étaler sur une période de 30 ans. Cela donne à l'Islande le temps de gérer la crise socio-économique actuelle sans être pénalisée par les remboursements ;

– les taux d'intérêt ont été abaissés, passant de 5,5% à 3,2% en moyenne. Reykjavik devra verser au total 3,9 milliards €, dont 1,3 milliard à La Haye (taux d'intérêt de 3%) et 2,6 milliards à Londres (taux d'intérêt de 3,5%).

Le nouvel accord comprend enfin une clause de garantie d'Etat qui conditionne les remboursements à la performance économique de l'Islande : ceux-ci ne pourront dépasser 6% de la progression du PIB islandais.

Au fur et à mesure que le 9 avril approche, l'avance du "oui" (crédité de 61,3% des suffrages fin février) se réduit. Ainsi, l'enquête d'opinion réalisée par l'institut Market and Media Research (MMR) et publiée le 17 mars par le magazine Business News Weekly révèle que 52% des Islandais s'apprêtent à voter en faveur de l'adoption de la nouvelle loi sur Icesave tandis que 48% déclarent qu'ils la rejetteront. Moins d'un quart des personnes interrogées (23,1%) restent indécises. Les Islandais vivant dans la région de Reykjavik et les plus diplômés se montrent les plus favorables au texte.

La majorité des sympathisants du Parti du progrès, parti centriste agrarien dirigé par Sigmundur David Gunnlaugsson, s'apprêtent à rejeter la loi. Dans le quotidien Morgunbladid, l'ancien Premier ministre (1991-2004), David Oddson (Parti de l'indépendance), a également émis le souhait d'une victoire du "non" au référendum, estimant que le rejet du texte obligerait le gouvernement dirigé par Johanna Sigurdardottir (Parti de l'alliance social-démocrate) à convoquer de nouvelles élections législatives.

Un sondage réalisé fin mars par l'institut Capacent Gallup pour le groupe Afram crédite le "oui" de 56% et le "non" de 44%. Il montre que 70% des proches du Parti du progrès penchent pour un rejet de la loi tout comme 42% des sympathisants du Parti de l'indépendance. En revanche, 80% des proches du Parti de l'alliance social-démocrate sont favorables à l'adoption du texte.

La loi sur l'accord Icesave devrait être acceptée par le peuple islandais le 9 avril prochain.

La participation sera un élément déterminant dans l'issue du référendum. L'an dernier, 54,50% des Islandais s'étaient rendus aux urnes pour la première consultation populaire organisée dans le pays depuis 1944.

Référendum sur la nouvelle loi sur l'accord Icesave en Islande Le point une sem...

PDF | 182 koEn français

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

19 février 2024

Le 9 novembre dernier, le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous l'Assemblée de la République, chambre unique du Parlement, et annoncé la tenue d’&ea...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

12 février 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK) a remporté l’élection présidentielle en Finlande. Il s’est imposé le 11 février au 2e tour de scru...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

29 janvier 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK), est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle organisé le 28 janvier en Finlande. L&rs...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

15 janvier 2024

Le 28 janvier, pour le premier tour de l’élection présidentielle en Finlande, 9 personnes sont en lice. Si aucun candidat ne recueille plus de la moitié des suffrages, un se...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :