Analyse

Frank-Walter Steinmeier vers un deuxième mandat à la présidence de la République fédérale d'Allemagne

Élections en Europe

Corinne Deloy

-

7 février 2022
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Frank-Walter Steinmeier vers un deuxième mandat à la présidence de la République...

PDF | 126 koEn français

Le 28 mai 2021, le chef de l'État allemand sortant, Frank-Walter Steinmeier, se déclarait candidat à sa propre succession à la présidence de la République fédérale afin "d'aider à guérir les blessures infligées par la pandémie à la population allemande".

En raison de la pandémie de Covid-19, l'Assemblée fédérale allemande (Bundesversammlung), qui élit le chef de l'Etat, se réunira le 13 février au Bundestag chambre basse du Parlement (Paul-Löbe-Haus). L'Assemblée fédérale allemande rassemble l'ensemble des membres du Bundestag (soit 736 députés) et un nombre égal de délégués des Länder, soit un total de 1 472 membres.

Frank-Walter Steinmeier avait été élu Président allemand le 12 février 2017 dès le premier tour de scrutin. Soutenu par le Parti social-démocrate (SPD) dont il est issu, l'Union chrétienne-démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel et l'Union chrétienne-sociale (CSU), il avait recueilli les voix de 931 des 1 260 membres de l'Assemblée fédérale de l'époque.

Il bénéficie, cette fois-ci, du soutien des principaux partis siégeant au Bundestag et est donc le favori de l'élection présidentielle. La CDU a annoncé le 5 janvier dernier, jour de l'anniversaire du chef de l'Etat, son soutien au président sortant. Le Parti libéral-démocrate (FDP) avait fait de même quelques jours auparavant. "Nous avons une tradition selon laquelle un président de la République qui aspire à un deuxième mandat reçoit l'appui de tous, y compris ceux qui ne l'avaient pas soutenu lors de sa première élection" a déclaré Armin Laschet (CDU), ancien dirigeant de la CDU (2021-2022) et candidat malheureux à la succession d'Angela Merkel à la chancellerie en 2021, ajoutant "Pour nous, cela n'a pas été difficile puisque nous avions déjà soutenu Frank-Walter Steinmeier lors de-son élection précédente".

Les Verts/Alliance 90 (Bundnis 90, die Grünen) ont tenté de présenter une candidature alternative mais cela s'est révélé impossible, Frank-Walter Steinmeier jouissant d'une forte popularité : 70% des Allemands interrogés en octobre dernier par l'institut d'opinion Forsa se sont déclarés favorables à sa reconduction.

Outre le chef de l'Etat sortant Frank-Walter Steinmeier, deux autres personnes se sont portées candidates à la magistrature suprême :

- Gerhard Trabert, candidat indépendant, mais soutenu par le Parti de gauche (Die Linke), professeur de médecine à l'université de sciences appliquées de Rhin Main ;

- Max Otte, ancien président de la Werteunion, soutenu par l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), économiste, publiciste et ancien professeur d'analyse quantitative et qualitative de l'université de Worms, Erfurt et Graz.

Si comme tout semble l'indiquer Frank-Walter Steinmeier est reconduit à son poste pour un deuxième mandat, le SPD détiendra alors les trois postes politiques les plus importants : la présidence de la République, la chancellerie (Olaf Scholz) et la présidence du Bundestag (Bärbel Bas).

La fonction présidentielle

Le président de la République fédérale d'Allemagne est élu par l'Assemblée fédérale allemande (Bundesversammlung) qui comprend cette année 1 472 membres : les 736 membres du Bundestag, chambre basse du parlement, et un nombre égal d'élus des seize Länder du pays, députés des parlements régionaux ou personnalités de la société civile. L'élection se fait à bulletins secrets, à la majorité absolue aux premier et deuxième tours. Si aucun candidat n'obtient cette majorité (soit 737 voix), un troisième tour est organisé au cours duquel le candidat qui réunit le plus grand nombre de suffrages sur son nom est élu(e).

La fonction présidentielle est essentiellement honorifique : le chef de l'Etat constitue toutefois une autorité morale pour ses compatriotes, son rôle dépassant les prérogatives que lui assigne la Loi fondamentale. Elu pour cinq ans, le président de la République fédérale d'Allemagne représente son pays sur la scène internationale. Il est le gardien du droit et de la Constitution, nomme et révoque les juges et fonctionnaires fédéraux, les officiers et les sous-officiers.

Le chef de l'Etat peut refuser de signer un texte qu'il juge contraire à la Loi fondamentale (la Cour constitutionnelle est alors saisie et si elle donne son feu vert, il est alors contraint de le signer). Cela s'est produit lors de la signature du traité de Maastricht (1992) ou de celui de Lisbonne (2007). Le président peut également dissoudre le Bundestag dans deux cas précis : lorsque celui-ci ne réussit pas à élire un chancelier (c'est-à-dire si aucun candidat ne parvient à réunir la majorité des voix des députés au bout de trois jours selon l'article 63 de la Loi fondamentale) ou lorsqu'une motion de confiance proposée par le chancelier n'obtient pas l'approbation de la majorité des membres (article 68). Des élections législatives doivent alors être convoquées dans les 60 jours qui suivent la dissolution (article 39). Le Bundestag a été dissous à trois reprises : le 23 septembre 1972, le 6 janvier 1983 et le 21 juillet 2005.

Tout candidat à la fonction présidentielle doit être âgé d'au moins 40 ans et ne peut être réélu qu'une seule fois. Selon la Loi fondamentale, le chef de l'Etat ne peut appartenir ni au gouvernement ni à un organe législatif de la Fédération (Bund) ou de l'un des seize Länder. Il ne peut exercer aucune autre fonction publique (ou privée) rémunérée et il n'est pas autorisé à faire partie de la direction ou du conseil d'administration d'une entreprise poursuivant des buts lucratifs.

Frank-Walter Steinmeier vers un deuxième mandat à la présidence de la République...

PDF | 126 koEn français

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

19 février 2024

Le 9 novembre dernier, le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous l'Assemblée de la République, chambre unique du Parlement, et annoncé la tenue d’&ea...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

12 février 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK) a remporté l’élection présidentielle en Finlande. Il s’est imposé le 11 février au 2e tour de scru...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

29 janvier 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK), est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle organisé le 28 janvier en Finlande. L&rs...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

15 janvier 2024

Le 28 janvier, pour le premier tour de l’élection présidentielle en Finlande, 9 personnes sont en lice. Si aucun candidat ne recueille plus de la moitié des suffrages, un se...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :