Résultats

Frank-Walter Steinmeier réélu président de la République fédérale d'Allemagne

Élections en Europe

Corinne Deloy

-

14 février 2022
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Frank-Walter Steinmeier réélu président de la République fédérale d'Allemagne

PDF | 126 koEn français

Sans surprise, Frank-Walter Steinmeier a été réélu à la présidence de la République fédérale d'Allemagne le 13 février dès le premier tour de scrutin. Le chef de l'Etat sortant a recueilli 1045 suffrages, soit 78,04% des votes (soit 308 voix de plus que la majorité absolue obligatoire lors des deux premiers tours) de l'Assemblée fédérale allemande (Bundesversammlung). Il a devancé ses trois adversaires : Max Otte, concourant sous l'étiquette de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), économiste, et ancien professeur, a obtenu 140 voix (10,45%) ; Gerhard Trabert, candidat indépendant mais soutenu par le Parti de gauche (Die Linke, DL), professeur de médecine, a recueilli 96 suffrages (7,17%) et Stefanie Gebauer, astrophysicienne et candidate des Electeurs libres (FW), parti de centre droit, a obtenu 58 voix (4,33%).

Rappelons que le président de la République fédérale d'Allemagne est élu par l'Assemblée fédérale (Bundesversammlung) qui comprenait cette année 1 472 membres : les 736 membres du Bundestag, chambre basse du parlement, et un nombre égal d'élus des seize Länder du pays, députés des parlements régionaux ou personnalités de la société civile.

Frank-Walter Steinmeier était soutenu par la très grande majorité des partis politiques allemands représentés au Bundestag : le Parti social-démocrate (SPD) du chancelier Olaf Scholz et dont il est issu, l'Union chrétienne-démocrate (CDU), l'Union chrétienne sociale (CSU), le Parti libéral-démocrate (FDP), Les Verts/Alliance 90 (Bundnis 90, die Grünen) et la Fédération des électeurs du Schleswig du Sud (SSW), parti de la minorité danoise du Land du Schleswig-Holstein. La tradition allemande veut qu'un président de la République qui aspire à un deuxième mandat reçoive l'appui de tous, y compris des partis qui ne l'ont pas soutenu lors de sa première élection.

"Je serai au-dessus des partis. Soyez en assurés. En revanche, je ne resterai pas neutre en ce qui concerne la démocratie. Je serai aux côtés de ceux qui veulent la défendre mais je serai l'adversaire de ceux qui veulent l'attaquer (...) J'en appelle au président russe Vladimir Poutine. Desserrez le nœud coulant autour du cou de l'Ukraine et cherchez avec nous une solution pour sauvegarder la paix en Europe. Le danger d'un conflit militaire, d'une guerre dans l'est du continent nous menace. La Russie en porte la responsabilité (...) Je ne peux qu'avertir le président russe, Vladimir Poutine : Ne sous-estimez pas le pouvoir de la démocratie !" a déclaré Frank-Walter Steinmeier après sa réélection. Il a également reproché à la Russie de menacer l'Europe d'un conflit armé en Ukraine.

Avec la réélection de Frank-Walter Steinmeier, les sociaux-démocrates détiennent désormais les trois postes les plus importants d'Allemagne : la présidence de la République, la chancellerie (Olaf Scholz) et la présidence du Bundestag (Bärbel Bas).

Agé de 66 ans, Frank-Walter Steinmeier est originaire de Detmold (Rhénanie-du-Nord-Westphalie). Diplômé en droit, il adhère au Parti social-démocrate. Au début des années 1990, il travaille avec Gerhard Schröder (SPD), alors ministre-président du Land de Basse-Saxe. Devenu secrétaire d'Etat et directeur de la chancellerie de Basse-Saxe, il suit Gerhard Schröder lorsque celui-ci devient chancelier à l'issue des élections législatives du 27 septembre 1998. L'année suivante, Frank-Walter Steinmeier est nommé chef de cabinet à la chancellerie. Il sera l'un des artisans des réformes les plus marquantes de Gerhard Schröder connues sous le nom d'Agenda 2010 (réforme des retraites, du système de santé et du marché du travail).

Il se spécialise en politique étrangère, ce qui amènera la chancelière Angela Merkel (CDU) qui a succédé à Gerhard Schröder en 2005 à le nommer ministre des Affaires étrangères. En 2009, Frank-Walter Steinmeier conduit la liste du SPD aux élections législatives du 27 septembre. Il essuie alors une sévère défaite, le SPD recueillant son plus faible résultat depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale avec 23% des suffrages. Il est néanmoins désigné président de son parti au Bundestag, poste qu'il abandonnera durant quelques mois pour donner l'un de ses reins à son épouse, la juge administrative Elke Büdenbender, gravement malade et en attente d'organe pour une greffe, un geste qui a rendu Frank-Walter Steinmeier très populaire auprès de ses compatriotes.

A la fin de l'année 2013, il retrouve son poste de ministre des Affaires étrangères qu'il occupera jusqu'en janvier 2017. Le 12 février 2017, il est élu à la présidence de la République fédérale d'Allemagne où il succède à Joachim Gauck, qui avait choisi de ne pas se représenter. Le 13 février 2022, le chef de l'Etat sortant, grand favori du scrutin, a donc été élu pour un second et dernier mandat de cinq ans, la Constitution allemande ne l'autorisant pas à effectuer plus de deux mandats consécutifs.

Frank-Walter Steinmeier réélu président de la République fédérale d'Allemagne

PDF | 126 koEn français

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

19 février 2024

Le 9 novembre dernier, le président portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a dissous l'Assemblée de la République, chambre unique du Parlement, et annoncé la tenue d’&ea...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

12 février 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK) a remporté l’élection présidentielle en Finlande. Il s’est imposé le 11 février au 2e tour de scru...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

29 janvier 2024

Alexander Stubb (Parti de la coalition nationale, KOK), est arrivé en tête du premier tour de l’élection présidentielle organisé le 28 janvier en Finlande. L&rs...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-24-16.5364.jpg

Corinne Deloy

15 janvier 2024

Le 28 janvier, pour le premier tour de l’élection présidentielle en Finlande, 9 personnes sont en lice. Si aucun candidat ne recueille plus de la moitié des suffrages, un se...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :