Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Autriche - Présidentielle

Heinz Fischer est élu Président de la République

Heinz Fischer est élu Président de la République

25/04/2004 - Résultats

Favori des enquêtes d'opinion, Heinz Fischer (Parti social-démocrate, SPÖ) a été élu dimanche 25 avril Président de la République d'Autriche, recueillant 52,41% des suffrages, contre 47,49% à Benita Ferrero-Waldner (Parti populaire, ÖVP). La participation s'est élevée à 65%, soit près de 9 points (8,89) en dessous de celle observée lors de la dernière élection présidentielle du 19 avril 1998.

« Ce résultat est une sanction pour le gouvernement » a déclaré le directeur de campagne du candidat social-démocrate, Norbert Darabos, dès l'annonce des résultats. L'élection de Heinz Fischer confirme en effet le recul des forces de droite en Autriche depuis les dernières élections législatives du 24 novembre 2002. Le Parti populaire a en effet essuyé deux défaites le 7 mars dernier lors d'élections régionales dans les Länder de Carinthie et de Salzbourg. Dans cette dernière région, le gouverneur Franz Schausberger (ÖVP) avait été battu par Gabi Burgstaller (SPÖ), alors que le Parti populaire détenait la majorité dans le Land depuis 1945.

L'élection d'un Président social-démocrate, alors que le pays est gouverné par une coalition rassemblant la droite et l'extrême droite, correspond à un équilibre des pouvoirs auquel les Autrichiens sont depuis toujours très attachés. Le pays a en effet le plus souvent été dirigé par des gouvernements de coalition regroupant les forces de gauche et de droite. Il faudra néanmoins attendre le résultat des élections européennes du 13 juin prochain pour voir si les Autrichiens confirment ou infirment le rééquilibrage politique qu'ils ont esquissé lors de ce scrutin présidentiel.

Dernier survivant de l'époque de l'ancien chancelier Bruno Kreisky (1970-1983), Heinz Fischer, soixante-cinq ans, est le premier Président social-démocrate élu à la tête de l'Autriche depuis dix-huit ans. Ancien ministre de la Recherche, vice-président du Parti socialiste européen et actuel deuxième président du Parlement autrichien, (après en avoir été le premier durant douze ans), le nouveau Président a promis qu'une fois élu, il serait un « contrepoids » au gouvernement de coalition ÖVP-FPÖ dirigé par le chancelier Wolfgang Schüssel.

Durant sa campagne, Heinz Fischer a mis en avant sa capacité d'écoute et sa proximité avec tous les Autrichiens. Il s'est également déclaré partisan de la neutralité du pays tandis que Benita Ferrero-Waldner s'était prononcée pour la neutralité partielle de l'Autriche. La ministre des Affaires étrangères, qui échoue donc dans sa tentative de devenir la première femme élue à la tête de l'État autrichien après avoir été la première à en diriger la diplomatie, a déclaré dimanche soir qu'elle conserverait son poste au sein du gouvernement.

Les Verts et le Parti libéral (FPÖ) n'avaient pas pour cette élection présenté de candidat ni donné de consigne de vote. Les Verts avaient cependant exprimé leur préférence pour Heinz Fischer et le leader historique du FPÖ, Jörg Haider, avait publiquement déclaré qu'il voterait en faveur de Benita Ferrero-Waldner, un soutien qui semble avoir été finalement préjudiciable à la candidate du Parti populaire.

Rappelons que le Président de la République autrichienne, s'il dispose de pouvoirs importants - notamment celui de dissoudre le Nationalrat, Chambre basse du Parlement, ou de destituer le gouvernement fédéral - , ne les utilise toutefois qu'exceptionnellement et sur proposition de ces organes eux-mêmes.

En 1959, le Président Adolf Schärf (SPÖ) avait refusé de nommer un gouvernement de coalition qui réunissait des conservateurs de l'ÖVP et des membres de l'Association des indépendants (VdU), formation d'extrême droite composée, entre autres, d'anciens membres du Parti nazi. Il avait ensuite donné son aval à un gouvernement de coalition rassemblant conservateurs et sociaux-démocrates.

Heinz Fischer, respecté au-delà de sa propre formation politique pour son intégrité et sa modération, succèdera à Thomas Klestil le 8 juillet prochain.

Résultat de l'élection présidentielle en Autriche, 25 avril 2004



Participation : 65%

Source Agence France Presse
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes