Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Chypre - Présidentielle

Le Président sortant, Tassos Papadopoulos, évincé au 1er tour de l'élection présidentielle chypriote.

Le Président sortant, Tassos Papadopoulos, évincé au 1er tour de l'élection présidentielle chypriote.

18/02/2008 - Résultats - 1er tour

Le Président de la République sortant, Tassos Papadopoulos (Parti démocratique, DIKO) est arrivé en 3e position lors du 1er tour de l'élection présidentielle chypriote le 17 février, recueillant 31,79% des suffrages. Il ne sera donc pas présent au 2e tour le 24 février qui verra s'affronter Ioannis Kasoulidès (Rassemblement démocratique, DISY), qui a recueilli 33,51% des voix, et Demetris Christofias (Parti Christofias, premier dirigeant dans l'histoire du Parti progressiste des travailleurs à être lors du 1er tour de l'élection présidentielle du 16 février 2003 (-1,1 point). Plusieurs milliers de Chypriotes résidant à l'étranger, dont beaucoup d'étudiants, représentant 4% de l'ensemble des électeurs, ont eu un billet d'avion gratuit pour venir voter. De même, les autorités avaient mis en place des services spéciaux pour aider les Chypriotes grecs vivant dans la partie nord de l'île à remplir leur devoir civique : à Nicosie, les électeurs étaient conduits dans des véhicules de la Croix rouge au bureau de vote spécialement aménagé pour eux. Un déjeuner leur a été ensuite offert.

L'éviction du Président sortant constitue la surprise de ce 1er tour, même si les enquêtes d'opinion donnaient les 3 principaux candidats dans un mouchoir de poche. L'homme qui se présentait comme le défenseur de la cause chypriote grecque et qui avait appelé les électeurs à lui confier un nouveau mandat de 5 ans pour envoyer un message clair et affirmer que les Chypriotes ne regrettaient pas d'avoir rejeté en 2004 le plan des Nations Unies en vue de la réunification du pays, a donc été remercié.
"Il est très important que ce message soit envoyé ici à Chypre mais aussi à l'étranger : le peuple chypriote est seul maître de son destin" avait déclaré Tassos Papadopoulos le 15 février. "Chypre est aujourd'hui plus fort qu'il ne l'était, son avenir est entre nos mains et j'espère qu'avec l'aide du peuple nous pourrons parvenir à la solution que nous désirons et méritons" soulignait-il le jour du scrutin. Tassos Papadopoulos avait centré sa campagne électorale sur les problèmes socioéconomiques mais, comme à chaque fois à Chypre, la réunification de l'île était au cœur des débats. "Le peuple a jugé et choisi Je respecte ce choix. Mes pensées, mes décisions et mes actes ont toujours été guidés par mon amour pour ce pays et pour son peuple" a-t-il déclaré à l'annonce des résultats.
"Le renvoi d'un parti intransigeant devrait accélérer le lancement du processus de négociations" a commenté Hasan Ercakika, porte-parole de l'administration chypriote turque, à l'annonce de l'éviction de Tassos Papadopoulos.

Les 2 candidats arrivés en tête prônent l'ouverture vers la communauté turque.
Ancien ministre des Affaires étrangères (1997-2003) du gouvernement de Glafcos Cléridès et actuel député européen, Ioannis Kasoulidès se présente comme le candidat de la jeunesse et du mouvement et promet aux Chypriotes "un nouveau départ". "Nous votons pour la première fois alors que Chypre est membre de l'Union européenne. Nous voulons que notre pays soit moderne, que les citoyens soient respectés ; nous voulons en finir avec l'occupation de l'île par les troupes turques". Ioannis Kasoulidès, arrivé en tête, est le seul des 3 principaux candidats à avoir appelé à voter "oui" au référendum du 24 avril 2004 sur l'avenir de l'île au cours duquel 75,83% des Chypriotes grecs avaient rejeté le plan de paix proposé par les Nations Unies.
"Le temps est venu pour tous ceux qui croient que Chypre doit devenir un Etat moderne et européen de se rencontrer et de dépasser ce qui a divisé le peuple de Chypre, notamment ces dernières années et de nous souvenir de nos valeurs fondamentales. Nous avons fait un premier pas vers demain, vers l'avenir que nous méritons, l'avenir dont nous rêvons. Maintenant, nous pouvons faire un autre pas, définitif" a déclaré Ioannis Kasoulidès à l'annonce des résultats. Durant la campagne électorale, il avait déclaré qu'en cas de victoire il s'inviterait dès le 25 février dans la partie turque de l'île pour rencontrer le président turc de Chypre du Nord, Mehmet Ali Talat (Parti républicain turc, CTP). Il a exprimé le souhait de voir l'ONU prendre du recul et laisser les deux parties – grecque et turque – négocier seules. De son côté, l'ONU, souhaitant placer les deux parties devant leurs responsabilités, a affirmé qu'il n'y aurait pas de nouvelle initiative.

Demetris Christofias, premier dirigeant dans l'histoire du Parti progressiste des travailleurs à être candidat à la Présidence de la République, s'affirme capable de "rapprocher les communautés grecque et turque de l'île". "Notre objectif est de réunifier ce peuple fier, les Chypriotes grecs et turcs, de garantir le respect des droits de l'Homme et des libertés et de bâtir ensemble un pays heureux" a-t-il déclaré.

Les Chypriotes semblent, en effet, avoir mesuré que l'inertie pouvait rendre la situation encore plus complexes et ont exprimé leurs craintes que le temps passant (l'île est divisée depuis bientôt 34 ans), la division ne devienne la seule solution possible.
"Si vous voulez extraire un message politique de ce 1er tour, 65% des Chypriotes grecs ont voté pour des candidats clairement favorables à une solution" soulignait Hubert Faustmann à l'annonce des premiers résultats. "Les Chypriotes grecs sont de retour à la table des négociations" affirmait-il avec enthousiasme. L'ensemble des diplomates prédisent une relance des négociations entre les deux parties de l'île avant la fin de l'année et ce quel que soit le vainqueur de l'élection le 24 février.

Le report des voix des électeurs de Tassos Papadopoulos sera l'élément déterminant de l'issue du 2e tour qui verra donc s'affronter un libéral, Ioannis Kasoulidès, et un communiste, Demetris Christofias.
Le Président, élu le 24 février prochain, prêtera serment 4 jours plus tard, le 28 février.

Résultats du 1er tour de l'élection présidentielle du 17 février 2008 à Chypre

Participation : 89,42% (le vote est obligatoire à Chypre)

Source : Site internet de Cyprus Press Agency
(http://www.hri.org/news/cyprus/cna/2008/08-02-17_3.cna.html)
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes
2ème tourRésultats