Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Politique et démocratie
Croatie - Présidentielle

Kolinda Grabar-Kitarovic est la nouvelle présidente de Croatie

Kolinda Grabar-Kitarovic est la nouvelle présidente de Croatie

12/01/2015 - Résultats - 2ème tour

L'ancienne ministre de l'Intégration européenne (2003-2005) et des Affaires étrangères et de l'Intégration européenne (2005-2008), adjointe du Secrétaire général de l'OTAN en charge des informations publiques, Kolinda Grabar-Kitarovic (Union démocratique croate, HDZ), a remporté le 2e tour de l'élection présidentielle le 11 janvier en Croatie. Elle a recueilli 50,74% des suffrages et battu le président sortant Ivo Josipovic (Parti social-démocrate, SDP), favori de l'élection avant le 1er tour, qui a obtenu 49,26% des voix. Un écart de 32 435 voix seulement sépare les 2 candidats.
Lors du 1er tour de scrutin le 28 décembre dernier, Kolinda Grabar-Kitarovic avait été devancée par le chef de l'Etat sortant avec 37,22% des voix pour 38,46% à Ivo Josipovic.

La candidate de la droite croate dont le parti, le HDZ, a su mobiliser ses électeurs, a aussi bénéficié d'un bon report de voix de la part des électeurs de Milan Kujundzic (Aube croate-Parti du peuple, HZ), candidat du rassemblement de 8 partis de droite appelé l'Alliance pour la Croatie, au 1er tour (6,3%). Elle a pu s'appuyer sur le vote de la diaspora: le 28 décembre dernier, 91,11% des Croates de l'étranger avaient voté pour elle et 8,89% en faveur du président sortant.

Ivan-Vilibor Sincic, membre de l'organisation non gouvernementale Zivi Zid (bouclier humain) engagée dans le soutien aux mal-logés, qui avait recueilli 16,42% des suffrages le 28 décembre dernier, n'avait pas donné de consigne de vote.

À l'inverse de son adversaire, le président de la République sortant Ivo Josipovic, soutenu dès le 1er tour de scrutin par tous les partis de gauche, ne disposait d'aucune réserve de voix.
Le pays est divisé. La question est de savoir si la nouvelle présidente va conserver son discours d'unification et de consensus. La victoire de Kolinda Grabar-Kitarovic est sans aucun doute un avantage pour le HDZ pour les prochaines élections législatives (prévues dans moins d'un an) " a déclaré Zarko Puhovski, professeur de science politique à l'université de Zagreb.

La participation s'est élevée à 59,06%, soit +9 points par rapport au 2e tour du précédent scrutin présidentiel du 10 janvier 2010 et +12 points par rapport au 1er tour le 28 décembre.



Il n'y a pas de place pour le triomphalisme " a déclaré Kolinda Grabar-Kitarovic à l'annonce des résultats. Elle a cependant affirmé : " Je vous promets que la Croatie sera un pays prospère et riche, un des pays les plus développés de l'Union européenne et du monde " ajoutant " Je ne diviserai pas le peuple, au contraire, je chercherai à l'unir pour résoudre les problèmes que nous avons, de la mauvaise situation économique à tous les problèmes sociaux de notre pays. Travaillons tous ensemble à la prospérité de la Croatie ".

Je m'attends à voir un changement dans la politique étrangère, qui sera sans doute davantage centrée sur l'OTAN et l'Union européenne et moins sur la région des Balkans " a indiqué Andjelko Milardovic, chercheur à l'Institut pour les migrations.

Volontiers nationaliste, Kolinda Grabar-Kitarovic a délivré un message de grande fermeté à l'égard de la Serbie voisine et a promis d'imposer des conditions drastiques à l'entrée de Belgrade dans l'Union européenne.

Personnalité politique la plus populaire du pays, le président sortant a toutefois pâti de la mauvaise situation économique de la Croatie. Après le 1er tour de scrutin, le Premier ministre Zoran Milanovic (SDP) avait admis que les piètres performances économiques de son gouvernement avaient sans doute représenté " un fardeau" pour le président sortant.

La Croatie est en effet en récession depuis 6 ans. La dette publique est élevée (en 2013, elle représentait deux fois celle de 2008) et le taux de chômage, qui atteignait 13,7% en 2012, s'élève désormais à 17,7% et est deux fois plus élevé parmi les jeunes. Le secteur du tourisme, importante manne financière du pays, n'a pas enregistré de résultats florissants en 2014 en raison des conditions météorologiques et de l'absence des touristes russes, conséquence des sanctions prises par l'Union européenne contre Moscou. Ces sanctions ont également obligé le gouvernement de Zoran Milanovic à remettre en cause d'importants projets d'investissements dans le secteur énergétique.

Agée de 46 ans et originaire de Rijeka, Kolinda Grabar-Kitarovic est diplômée de l'université de Zagreb en anglais, espagnol et relations internationales. Elle a également étudié aux Etats-Unis, pays où elle a passé son enfance et son adolescence, notamment à l'université George Washington, à Harvard et à l'université Johns Hopkins.

Après avoir travaillé dans la diplomatie, elle a été élue députée lors des élections législatives du 23 novembre 2003. Cette même année, elle est nommée ministre de l'Intégration européenne dans le gouvernement conduit par le Premier ministre Ivo Sanader (HDZ). A ce poste, elle sera en charge des négociations de la Croatie à l'Union européenne. Deux ans plus tard, elle est nommée ministre des Affaires étrangères et de l'Intégration européenne.

En 2008, Kolinda Grabar-Kitarovic devient ambassadrice de la Croatie aux Etats-Unis avant de rejoindre, trois ans plus tard, l'OTAN où elle est la première femme à être nommée Secrétaire générale adjointe du Secrétaire général, en charge des informations publiques.

L'élection présidentielle des 28 décembre et 11 janvier préfigure sans doute le scrutin législatif à venir à la fin de cette année que le HDZ aborde en position de favori. " La présidente travaillera avec un nouveau gouvernement à la fin de cette année " a d'ailleurs déclaré le dirigeant du HDZ, Tomislav Karamarko, à l'annonce des résultats.

En succédant à Ivo Josipovic au palais de Pantovcak, ancienne villa de Tito située dans les collines qui surplombent Zagreb, Kolinda Grabar-Kitarovic devient la première femme élue présidente dans ce pays. Elle prendra ses fonctions le 19 février prochain.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
L'auteur
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Autres étapes
2ème tourRésultats