Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Estonie - Présidentielle

Toomas Hendrik Ilves est réélu à la tête de l'Estonie dès le 1er tour : une première dans l'histoire du pays

Toomas Hendrik Ilves est réélu à la tête de l'Estonie dès le 1er tour : une première dans l'histoire du pays

30/08/2011 - Résultats

Le président de la République sortant Toomas Hendrik Ilves a été réélu à la présidence de la République d'Estonie le 29 août dernier lors du 1er tour de scrutin qui s'est déroulé au Riigikogu, chambre unique du Parlement. Toomas Hendrik Ilves est le premier président de la République d'Estonie à être élu par le Parlement depuis 1996, année où a été mis en place le système actuel de désignation du chef de l'Etat en Estonie.
Le chef de l'Etat sortant a recueilli 73 voix, soit +5 par rapport au minimum de 68 suffrages obligatoires pour être élu par le Parlement. Il avait reçu l'appui du Parti de la réforme (ER) du Premier ministre Andrus Ansip, de l'Union pour la patrie-Res Publica (IRL), dirigée par Mart Laar et partenaire de l'ER au sein de la coalition gouvernementale, et du Parti social-démocrate (SDE), présidé par Sven Mikser. Son adversaire Indrek Tarand, soutenu par le principal parti d'opposition, le Parti du centre (KE) d'Edgar Savisaar, a recueilli 25 voix.

"Je suis prêt à servir l'Etat estonien et toutes les personnes qui vivent en Estonie, quelles que soient leur vision du monde et leur langue maternelle" a déclaré Toomas Hendrik Ilves à l'issue de sa réélection. Il a également indiqué que "petit à petit, l'Estonie se rapproche de ce qu'est un ennuyeux Etat nordique" faisant référence aux pays, prospères, de l'autre côté de la mer Baltique qui constituent des modèles pour Tallinn. Contrairement à ses prédécesseurs, le chef de l'Etat ne parle pas russe. Il s'est récemment prononcé en faveur de l'exclusion de Moscou du groupe du G8.

Agé de 57 ans, Toomas Hendrik Ilves est né à Stockholm en Suède et a passé une partie de sa vie aux Etats-Unis (New Jersey) où ses parents s'étaient exilés pour échapper à l'occupation de l'Estonie par les troupes soviétiques en 1940. Juriste de formation, il est diplômé de psychologie de l'université de Columbia (New York City) et de l'université de Pennsylvanie. Toomas Hendrik Ilves a également vécu à Munich où il a dirigé la section estonienne de Radio Free Europe de 1988 à 1993. Cette même année, il renonce à sa nationalité américaine pour devenir ambassadeur d'Estonie aux Etats-Unis. Il sera ensuite en poste au Mexique et au Canada. En décembre 1996, il devient ministre des Affaires étrangères, poste qu'il occupe jusqu'en septembre 1998. Il est alors élu président du Parti populaire. Il redevient chef de la diplomatie après les élections législatives de mars 1999 et ce jusqu'en 2002. En 2001-2002, il dirige le Parti populaire des modérés qu'il quittera après la défaite du parti aux élections municipales du 20 octobre 2002 (le parti prendra par la suite le nom de Parti social-démocrate, SDE). En 2003, Toomas Hendrik Ilves devient membre du Parlement européen, fonction à laquelle il sera élu lors des premières élections européennes auxquelles participe son pays le 13 juin 2004 et dont le SDE sort largement victorieux (36,79% des suffrages). A Strasbourg, il occupe la fonction la fonction de vice-président de la Commission des affaires étrangères.

Autre événement de la vie politique estonienne : Edgar Savisaar a été réélu le 27 août dernier à la tête du Parti du centre par 945 voix, soit 59,5% des suffrages, contre 642 (40,4%) à son challenger Juri Ratas, vice-président du Riigikogu et ancien maire de Tallinn (2005-2007).

Le 2nd mandat de Toomas Hendrik Ilves à la tête de l'Etat débutera le 10 octobre prochain. Il s'achèvera à l'été 2016.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes