Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Politique et démocratie
Bulgarie - Législatives

Les élections législatives révèlent l'extrême fragmentation de la scène politique bulgare : la composition du gouvernement sera difficile et le risque d'instabilité élevé

Les élections législatives révèlent l'extrême fragmentation de la scène politique bulgare : la composition du gouvernement sera difficile et le risque d'instabilité élevé

06/04/2021 - Résultats - 1er tour

Bien malin qui peut dire qui a remporté les élections législatives du 4 avril en Bulgarie considérées comme un référendum sur Boïko Borissov, Premier ministre sortant, qui dirige la Bulgarie depuis 2009, affaibli par plusieurs scandales de corruption et qui a dû affronter en 2020 de nombreuses manifestations de mécontentement. Si son parti, les Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB), qui se présentait en coalition avec l'Union des forces démocratiques (SDS) de Rumen Hristov, est arrivé en tête du scrutin avec 26,14% des suffrages, ils enregistrent néanmoins un recul par rapport au précédent scrutin du 26 mars 2017.
Le Parti socialiste (BSP) conduit par Korneliya Ninova s'est effondré : il a recueilli 15,02% des suffrages et a perdu son statut de premier parti d'opposition, n'arrivant qu'en troisième position.

Les partis protestataires qui ont animé les manifestations de 2020 réalisent des performances plus élevées que prévu par les enquêtes d'opinion. C'est notamment le cas d'Un tel peuple existe (Ima takuv narod, ITN), parti populiste créé par le chanteur et présentateur de télévision Slavi Trifonov, qui a pris la deuxième place du scrutin avec 17,73% des voix. Placé en quarantaine après qu'il a annoncé souffrir des symptômes du coronavirus, le dirigeant populiste a affirmé, évoquant ses partisans : " Ce que qu'ils ont réalisé ce jour est important (...) nous sommes les vainqueurs. Ils exigent le pouvoir et le changement est désormais inévitable ".
La coalition libérale Bulgarie démocratique, qui rassemble trois partis (Oui Bulgarie, les Démocrates pour une Bulgarie forte et les Verts), a recueilli 9,52% des suffrages. Son dirigeant, Hristo Ivanov, a déclaré : " Une nouvelle Bulgarie se dessine " ajoutant "Boïko Borissov peut gagner grâce aux pressions administratives et financières mais il ne sera plus le dinosaure qu'il était". Il ne souhaite pas entrer au gouvernement à tout prix.
La coalition Lève-toi Bulgarie ! Sortez les bandits ! (Izpravi se BG! Moutri van!) de l'ancienne médiatrice Maya Manolova et du Trio empoisonné (nom donné par le journaliste Sasho Dikov au trio composé par l'avocat Nikolai Hadjigenov, le sculpteur Velislav Minekov et le spécialiste des relations publiques et ancien journaliste de la radio, Arman Babikyan) avec 4,74% des voix entre donc au Parlement.

Enfin, le Mouvement pour les droits et les libertés (DPS), parti représentant la minorité turque, dirigé par Mustafa Karadayi, a obtenu 10, 34% des voix.
Au total, six partis seront représentés au Parlement.

Les Bulgares résidant à l'étranger ont plébiscité Un tel peuple existe, parti auquel ils ont accordé 29,83% de leurs suffrages. Parmi eux, la coalition Bulgarie démocratique a recueilli 16,81% des voix ; le Mouvement pour les droits et les libertés, 14,66%; Renaissance, 7,21% ; le Parti socialiste, 6,58% ; L'unité pour l'idéal national (NIU), 5,28% et enfin Lève-toi Bulgarie ! Sortez les bandits ! 4,27%. Les Bulgares de l'étranger pouvaient voter dans 69 pays à travers le monde.

La participation a été faible. Elle s'est élevée à 42,83%, soit -11,02 points par rapport aux élections législatives du 26 mars 2017. " Le vote a été marqué par une mobilisation des électeurs citadins et des jeunes " a indiqué Boriana Dimitrova, directrice de l'institut d'opinion Alpha Research. En revanche, il semble que les électeurs les plus âgés, dont beaucoup sont des partisans du Parti socialiste, ont préféré rester à la maison dans un contexte sanitaire de pandémie.


Résultats des élections législatives du 4 avril 2021 en Bulgarie


Participation : 42,83%



Source : https://results.cik.bg/pi2021/rezultati/index.html


Pour la cinquième fois consécutive, nous remportons des élections législatives " a déclaré Boïko Borissov à l'annonce des résultats.
C'est l'absence d'autres options en raison d'une opposition morcelée et peu convaincante qui explique l'hégémonie politique du GERB " a souligné Antony Todorov, professeur de science politique de la Nouvelle Université bulgare. " Les résultats traduisent la profonde fragmentation de la société. Aucune majorité nette ne se dégage et le GERB ne doit sa victoire qu'au besoin de stabilité des électeurs " a indiqué Antony Galabov, professeur de science politique de la Nouvelle université.

Si le parti du Premier ministre sortant a finalement réussi à conserver la première place du scrutin, il devrait avoir des difficultés à former une coalition gouvernementale. La grande majorité des autres partis ont d'ores et déjà indiqué qu'ils ne feraient pas alliance avec Boïko Borissov. Ce dernier a appelé à l'union nationale et il a proposé la constitution d'un gouvernement d'experts pour sortir de la pandémie d'ici à décembre prochain. " Je vous propose la paix. Vous ne pouvez pas y arriver seuls (...) Soyons unis " a-t-il déclaré.

Slavi Trifonov a été l'un des critiques les plus virulents du pouvoir en place. Il est donc difficile d'imaginer qu'il puisse faire alliance avec Boïko Borissov. On notera qu'Un tel peuple existe, Bulgarie démocratique et Lève-toi Bulgarie ! Sortez les bandits ! , soit les forces qui ont occupé la rue en 2020 pour protester contre le pouvoir en place, ont réuni ensemble près de 100 sièges au parlement. Rien ne dit cependant que ces 3 partis pourraient s'entendre pour gouverner.

Le compromis pour former un gouvernement sera très difficile à trouver et si les discussions aboutissent, ce gouvernement ne durera pas plus d'un an " a affirmé Ognyan Mintchev, directeur de l'Institut d'études internationales de Sofia. " Nous n'avons pas connu une telle fragmentation depuis les années 1990. Nous sommes au début d'un long processus de transformation " a-t-il ajouté.
En effet, il semble bien que le scénario le plus probable à l'issue de ce scrutin du 4 avril soit la constitution à terme d'un gouvernement minoritaire emmené par le GERB qui dirigera le pays jusqu'à l'élection présidentielle prévue à l'automne prochain.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
L'auteur
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Autres étapes