Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Politique et démocratie
Malte - Législatives

Le Parti travailliste du Premier ministre sortant Robert Abela remporte sa troisième victoire consécutive aux élections législatives à Malte

Le Parti travailliste du Premier ministre sortant Robert Abela remporte sa troisième victoire consécutive aux élections législatives à Malte

28/03/2022 - Résultats

Le Parti travailliste (PL) du chef du gouvernement sortant, Robert Abela, au pouvoir depuis neuf ans, s'est imposé dans les urnes le 26 mars à Malte, remportant sa troisième victoire consécutive après les élections législatives de 2013 et de 2017. Il s'agit du premier succès de Robert Abela, qui avait remplacé Joseph Muscat à la tête du gouvernement en janvier 2020.
Il a recueilli 55,11% des suffrages et a remporté 38 sièges (soit +1 par rapport au précédent scrutin du 3 juin 2017). Le Parti nationaliste (PN), emmené par Bernard Grech, a obtenu 41,74% des voix et 27 sièges (- 1) et n'est donc pas parvenu à réduire l'écart avec les travaillistes.
La participation, la plus faible jamais enregistrée dans l'archipel depuis l'indépendance de Malte en 1974, s'est élevée à 85,68%, soit - 6,38 points par rapport aux élections législatives du 3 juin 2017. C'est la première fois depuis 1996 que la participation s'établit à moins de 90%. Les Maltais restent cependant, de loin, les plus nombreux des Européens à se rendre aux urnes à chaque élection, en dehors de toute obligation de vote. Les jeunes âgés de 16 à 18 ans étaient autorisés à voter à ces élections.

Résultats des élections législatives du 26 mars 2022 à Malte


Participation : 85,68%



Source : https://electoral.gov.mt/ElectionResults/General

"Les Maltais ont décidé que le pays devait poursuivre sa route vers l'avant (...) Le prochain gouvernement sera celui de l'humilité, j'insisterai particulièrement sur cette notion pour choisir les gens avec lesquels nous choisirons de travailler" a déclaré Robert Abela à l'issue des résultats. Le Premier ministre sortant a fait campagne sur sa gestion de la crise sanitaire consécutive à la pandémie de coronavirus, plutôt appréciée par ses compatriotes si l'on en croit les enquêtes d'opinion, et sur le bilan économique de son gouvernement. La croissance du PIB de l'archipel a augmenté de plus de 9% en 2021. Les travaillistes ont beaucoup aidé les particuliers comme les entreprises, ils sont parvenus à maintenir le taux de chômage au plus bas, ils ont gelé les coûts de l'énergie malgré la flambée des prix et, enfin, ils sont parvenus à ne pas augmenter les impôts (ils promettent de ne pas le faire au cours des cinq années à venir). Le gouvernement a promis de dépenser 200 millions € pour amortir les conséquences de la crise économique, une somme qui s'ajoute donc aux 200 millions déjà débloqués afin d'atténuer les effets de la récente hausse des prix de l'énergie due à la guerre en Ukraine.

Robert Abela dirige Malte depuis le 13 janvier 2020. Il a succédé à Joseph Muscat, mis à mal par l'arrestation du businessman Yorgen Fenech, accusé de complicité dans l'assassinat de la Daphne Caruana Galizia qui travaillait sur les Malta Files et qui a été tuée par l'explosion de sa voiture (qui avait été piégée) le 16 octobre 2017 à Bidnija[1].

Le chef du gouvernement sortant a pris des mesures pour renforcer la bonne gouvernance, l'Etat de droit et la liberté de la presse et pour démocratiser les institutions de l'archipel. Il a notamment supprimé le pouvoir accordé au Premier ministre de nommer les juges et le chef de la police. "Robert Abela a dirigé dans une situation difficile et c'est pourquoi je pense qu'il bénéficie d'un immense soutien. Entre le conflit en Ukraine et la pandémie de Covid-19, les gens ne veulent pas aggraver la situation en y ajoutant de l'instabilité politique" a déclaré Andrew Azzopardi, professeur de l'université de Malte.

De son côté, le Parti nationaliste avait fait campagne sur la dénonciation de l'assassinat de Daphne Caruana Galizia et sur la corruption, bien réelle à Malte.
Bernard Grech, son dirigeant, a accusé le Premier ministre sortant "d'utiliser les fonds publics pour influencer les décisions et les choix de ses compatriotes", expliquant qu'aucun chef du gouvernement maltais n'avait distribué des chèques une semaine avant des élections législatives, une pratique que Bernard Grech a qualifié de "corruption". "Notre démocratie est en jeu" a répété le dirigeant nationaliste durant sa campagne. Les nationalistes ne sont cependant pas parvenus à convaincre les Maltais de la nécessité d'une alternance politique et du fait qu'ils représentaient une réelle force politique alternative. Neuf ans d'opposition ne leur auront pas suffi pour parvenir à s'unir autour d'un projet. Les tensions internes demeurent vives au sein du principal parti d'opposition.

Agé de 44 ans et originaire de Tas-Sliema, Robert Abela est diplômé en droit de l'université de Malte. Avocat, il a travaillé dans le cabinet de son père George Abela (PL), président de Malte (2009-2014), où il s'est spécialisé en droit du travail, droit de la famille, droit de l'urbanisme et droit industriel. Il a été élu député pour la première fois lors des élections législatives du 3 juin 2017. En décembre 2019, il décide de postuler à la succession de Joseph Muscat, contraint à la démission de son poste de chef du gouvernement à la suite des révélations faites sur l'assassinat de Daphne Caruana Galizia, à la tête du Parti travailliste. Il remporte l'élection le 12 janvier 2020 avec 57,88% des suffrages devant Chris Fearne (42,12%) alors que 92% des adhérents du parti ont pris part au scrutin. Robert Abela a été désigné Premier ministre de Malte le lendemain, soit le 13 janvier 2020.
Le 26 mars 2022 marque donc un nouveau succès pour lui puisque le chef du gouvernement sortant a réussi à conduire son parti à la victoire.
[1] Entre novembre 2019 et janvier 2020, de nombreuses manifestations ont été organisées à Malte en réaction aux révélations faites sur l'assassinat de Daphne Caruana Galizia qui ont mis au jour les liens existants entre Keith Schembri, chef de cabinet du Premier ministre Joseph Muscat, et une entreprise de Doubaï, 17 Black, impliquée dans l'affaire des Panama Papers. Le PDG de cette dernière, Yorgen Fenech, a été interpellé le 20 novembre 2019 alors qu'il tentait de fuir l'archipel. Les manifestants réclamaient la démission du gouvernement et Joseph Muscat, soupçonné d'ingérence dans l'enquête, a fini par se résoudre à quitter ses fonctions le 1er décembre de cette même année. En février 2021, une dizaine de personnalités maltaises ont été arrêtées et incarcérées toujours dans l'enquête sur l'assassinat de Daphne Caruana Galizia.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN