Elections législatives en Finlande, 16 mars 2003 le point à une semaine du scrutin

Actualité

Corinne Deloy,  

Fondation Robert Schuman

-

16 mars 2003
null

Versions disponibles :

FR

EN

Deloy Corinne

Corinne Deloy

Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman

Robert Schuman Fondation

Fondation Robert Schuman

A une semaine des élections législatives, l'écart s'est resserré entre les deux principales formations politiques finlandaises, le Parti du centre et le Parti social-démocrate.

Selon le sondage réalisé par l'institut Suomen Gallup pour le journal Helsingin Sanomat, le Parti du centre (KESK) recueillerait 24,1% des suffrages quand le Parti social-démocrate (SPD) obtiendrait 23,9% des voix. Ces deux formations sont suivies du Rassemblement conservateur (KOK) avec 20,5% des suffrages, de l'Alliance des gauches (VAS), 10,1%, de l'Alliance verte (VIHR), 7,9%, du Parti du peuple suédois (SFP), 4,9% et de l'Union chrétienne (SKL), 4,4%.

Une autre enquête d'opinion réalisée par l'institut Taloustutkimus pour la radio Yle crédite le Parti du centre de 24,4% des voix, le Parti social-démocrate de 23,8% et le Rassemblement conservateur de 17,5%. L'Alliance verte arriverait en quatrième position avec 10,8% des suffrages, suivie de l'Alliance des gauches avec 10,3%, du Parti du peuple suédois, 4,2% et de l'Union chrétienne, 1,9%.

En revanche, Paavo Lipponen continue de faire la course en tête concernant le candidat favori des Finlandais au poste de Premier ministre. Le leader du Parti social-démocrate recueille 41% d'opinions favorables contre 31% à Anneli Jäätteenmäki, Présidente du Parti du centre, et 13% à Ville Itälä, leader du Rassemblement conservateur.

Concernant les programmes électoraux, le Parti social-démocrate a mis l'accent durant cette campagne sur l'augmentation des allocations budgétaires en faveur de l'emploi, mettant de côté les allègements fiscaux qui constituaient jusqu'à lors une partie de son programme. Le Parti du centre souhaite réformer la politique sociale, notamment en allégeant les charges patronales, et diminuer les impôts, tout comme le Rassemblement conservateur.

La grande majorité des candidats s'opposent à l'adhésion de la Finlande à l'OTAN. Selon un sondage publié dans le Helsingin Sanomat, les candidats de l'Alliance des gauches y sont les plus hostiles (96%) suivis de ceux du Parti social-démocrate et du Parti du Centre (respectivement 69% et 67%). La classe politique est à l'unisson de la population puisque, selon la dernière enquête sur le sujet réalisée du 17 au 20 février par l'institut Suomen Gallup, seuls 15% des Finlandais se déclarent favorables à une adhésion de leur pays à l'Alliance atlantique (contre 24% en janvier), 68% y sont opposés et 16% ne se prononcent pas. Cependant, 67% des Finlandais pensent que les dirigeants politiques décideront néanmoins dans les prochaines années de poser la candidature de la Finlande à l'OTAN.

Le vote par anticipation a commencé mercredi 5 mars en Finlande et à l'étranger. Ce vote est organisé dans les bureaux de poste, les écoles et les bibliothèques municipales et sera possible jusqu'au 11 mars (8 mars à l'étranger). Aux élections législatives du 21 mars 1999, 40% des Finlandais avaient voté par anticipation. La conjoncture internationale a pesé sur la campagne électorale pendant laquelle le débat sur l'éventuelle adhésion de la Finlande à l'OTAN a plus préoccupé les esprits que les affaires intérieures. En outre, l'affaiblissement de la croissance et les sombres perspectives économiques ont contraint l'ensemble des formations politiques à réduire leurs promesses électorales au minimum.

La quasi égalité entre les deux principaux partis dans les enquêtes d'opinion rend difficile tout pronostic quant aux résultats des élections législatives. Il faudra donc attendre le 16 mars prochain pour savoir si les Finlandais décideront de conserver leur coalition gouvernementale actuelle, dirigée par un Premier ministre social-démocrate, ou si leur choix fera d'Anneli Jäätteenmäki la première femme Premier ministre du pays.

Pour aller plus loin

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-13-31.3211.jpg

Corinne Deloy

17 avril 2024

Le 15 mars dernier, le président de la République de Croatie Zoran Milanovic a annoncé la tenue d’élections législatives pour le 17 avril. Ce scrutin est le pr...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-31-14.6973.jpg

Corinne Deloy

8 avril 2024

Peter Pellegrini (Hlas-Social-démocratie) a remporté le 2e tour de l’élection présidentielle le 6 avril en Slovaquie. Actuel président du Conseil national de l...

Élections en Europe

 
1-oee-slovaquie.jpg

Corinne Deloy

23 mars 2024

A la surprise générale, Ivan Korcok, ancien ministre des Affaires étrangères et européennes (2020-2022), est arrivé en tête du 1er tour de l’&eacu...

Élections en Europe

 
2013-05-28-16-28-33.2244.jpg

Corinne Deloy

11 mars 2024

L’Alliance démocratique, qui regroupe le Parti social-démocrate (PSD) dirigé par Luis Montenegro, le Centre démocrate social/Parti populaire (CDS/PP), chrétien...

La Lettre
Schuman

L'actualité européenne de la semaine

Unique en son genre, avec ses 200 000 abonnées et ses éditions en 6 langues (français, anglais, allemand, espagnol, polonais et ukrainien), elle apporte jusqu'à vous, depuis 15 ans, un condensé de l'actualité européenne, plus nécessaire aujourd'hui que jamais

Versions :