Observatoire des Élections en Europe

Open panel Open panel
Observatoire des Élections en Europe
Chypre - Présidentielle

Victoire dès le premier tour du candidat de l'opposition Tassos Papadopoulos

Victoire dès le premier tour du candidat de l'opposition Tassos Papadopoulos

16/02/2003 - Résultats

Favori des sondages, et soutenu par trois formations d'opposition ; l'Akel (Parti progressiste des travailleurs), le Diko (Parti démocratique) et le Kisos (Parti social-démocrate), le leader du Diko s'impose dès le premier tour de l'élection présidentielle à Chypre recueillant 51,51% des suffrages. Tassos Papadopoulos devance le Président sortant Glafcos Cléridès (Rassemblement démocratique, Disy) qui obtient 38,80% des voix, soit un résultat légèrement supérieur à celui dont le créditaient les enquêtes d'opinion préélectorales. Alekos Markidès, procureur général, ancien bras droit du Président sortant, membre du Disy mais qui se présentait en candidat indépendant, arrive en troisième position recueillant 6,62% des suffrages et le leader de Nouveaux Horizons, Nicos Koutsou, obtient 2,12% des voix. Les sept autres candidats, dont un avocat, un agriculteur, un dessinateur, un homme d'affaires et un défenseur de l'amour libre, ne réussissent pas à dépasser la barre des 1%.

"Les Chypriotes se sont prononcés. Ils ont voté pour le changement et m'ont confié un mandat. Je souhaite assurer que ce gouvernement sera un gouvernement d'union" a déclaré le nouveau Président dès l'annonce des résultats, en ajoutant vouloir être le "Président de tous les Chypriotes". Le leader du Parti démocratique avait centré sa campagne sur les problèmes internes de l'île, reprochant au Président sortant de s'intéresser à la seule réunification du pays. Glafcos Cléridès a immédiatement reconnu sa défaite et appelé Tassos Papadopoulos pour lui souhaiter "bonne chance". Le Président sortant a également publié un communiqué dans lequel il autorisait le leader du Parti démocratique, qui prendra officiellement ses fonctions le 1er mars prochain, à reprendre le flambeau des négociations du plan de paix des Nations Unies avec les Chypriotes turcs.

Avocat âgé de soixante-neuf ans, Tassos Papadopoulos a fait partie du groupe des quatre députés (du côté chypriote grec) qui ont rédigé le projet de Constitution pour une éventuelle Chypre réunifiée. Il a précédemment occupé les fonctions de ministre de l'Intérieur, des Finances, de la Santé et de l'Agriculture au sein de plusieurs gouvernements. Considéré comme plus intransigeant que Glafcos Cléridès à propos de la réunification, Tassos Papadopoulos s'est voulu apaisant : "Je voudrais envoyer un message aux Chypriotes turcs pour leur dire de ne pas croire mes détracteurs qui affirment que je suis partisan de l'inégalité et de la division", ajoutant que s'il souhaitait effectivement des modifications du plan de paix de l'ONU pour résoudre la division de l'île, son objectif était de "conduire une île unifiée au sein de l'Europe et négocier un meilleur plan viable et fonctionnel". Le leader du Parti démocratique souhaite le retour dans la partie turque du pays d'un nombre plus substantiel de Chypriotes grecs. Il s'est également prononcé pour une plus grande libre circulation entre les deux parties de l'île. Mais à ce jour, Rauf Denktash s'oppose toujours à l'actuel plan des Nations Unies, réclamant la reconnaissance diplomatique de la partie turque de l'île (reconnue officiellement par la seule Turquie) comme condition préalable à l'établissement d'une fédération entre les deux entités du pays.

Du fait de la dispersion des voix de la droite, Glafcos Cléridès termine sa longue carrière politique sur un échec personnel. L'élection de Tassos Papadopoulos à la Présidence de la République de Chypre a été accueillie avec pessimisme par les autorités Chypriotes turques : "C'est la position intransigeante du peuple chypriote grec qui a gagné" a déclaré Rauf Denktash. A une semaine de la visite dans l'île du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, et à deux semaines de l'expiration du délai fixé par l'ONU en vue de l'acceptation du plan de paix (date butoir le 28 février), les perspectives de voir l'île de Chypre réunifiée avant d'intégrer l'Union européenne semblent toujours aussi difficiles.

Résultats du premier tour de l'élection présidentielle du 16 février:



Le vote est obligatoire à Chypre

Source Agence France-Presse


Sept autres candidats n'ont pas dépassé 1% et ne figurent pas dans les résultats.
Directeur de la publication : Pascale JOANNIN
Les auteurs
Corinne Deloy
Chargée d'études au CERI (Sciences Po Paris), responsable de l'Observatoire des élections en Europe à la Fondation Robert Schuman
Fondation Robert Schuman
Autres étapes